Fin du régime Biya: Voici de nouvelles révélations sur le mouvement de libération crée en Centrafrique

1
96

Un groupe armé dénommé «Mouvement pour la libération du Cameroun» (MLC) vient de voir le jour dans la région frontalière entre le Cameroun et la République centrafricaine. Selon des sources diplomatiques, le MLC visera à « commettre des violations contre la population camerounaise et lutter contre le régime de Yaoundé ».

Les sources de sécurité des deux côtés de cette région frontalière entre les deux pays lancent un avertissement. Selon eux, les différentes factions des groupes rebelles sont en train de se reconfigurer. A Bangui comme à Yaoundé, les autorités de deux pays voisins prennent la nouvelle au sérieux.

Yaoundé est inquiète et veut anticiper la menace, tandis que Bangui craint davantage de violences qui pourraient nuire au Cameroun, par exemple avec l’afflux de réfugiés.

A l’initiative du Centre de la capitale politique, ce dernier l’a informé de la mise en place d’un groupe armé dans la zone frontalière dénommé «Mouvement pour la libération du Cameroun» (MLC).

Selon la même source, le «MLC» est dirigé par le «général» Vfor, ancien membre du mouvement Seriri et transfuge du groupe armé 3R (Retour, demande et réhabilitation).

Selon le Premier ministre de la République centrafricaine, le MLC visera à commettre des violations contre la population camerounaise et à lutter contre le régime de Yaoundé.

Cette nouvelle menace vient d’inciter les autorités de la République centrafricaine et du Cameroun à intensifier les consultations ces derniers jours.

Il est donc urgent que les gouvernements du Cameroun et de l’Afrique centrale envisagent de mettre en commun leurs forces afin de contrecarrer l’intention des groupes rebelles qui se reconfigureraient à leurs frontières de menacer la paix dans la sous-région.

Au cours du mois de mars 2019, des éléments du Front démocratique populaire centrafricain ont érigé des barrages routiers sur le corridor Cameroun-Rica dans le village de Zoucombo. Ils protestaient contre la formation du nouveau gouvernement d’union nationale après les accords de Khartoum, qui ne correspondait pas aux positions et aspirations proposées. En conséquence, plus de 400 camions à destination de Bangui ont été gelés à la frontière Garoua-Pulai, dans l’est du Cameroun. En réponse, les forces de la Minuska ont frappé et l’équipe était dans une ruée.

« Mais depuis quelque temps, les Fdpc ont rejoint les » Rs trois « dirigés par mon ami Abbas à leur base de Bambari et d’autres groupes armés », a indiqué notre source, qui confirme également que « depuis quelque temps, nous avons enregistré dans la région orientale, l’entrée de jeunes centrafricains munis de passeports ». Elle estime que «ces jeunes hommes seront des membres de ces groupes armés qui viennent s’approvisionner et tenter de déstabiliser Yaoundé». L’affaire continue.

ref: camerounweb

QU’EN PENSEZ-VOUS?

1 COMMENT

  1. Le Cameroun est gouverné depuis le Ciel, aloes routes armed forgé contre le Cameroun Sera sans effect. Vivre le Cameroun ma belle Patrie. Dieu benisse le Cameroun.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]