Remaniement: Voici pourquoi certains ministres prévoient attaquer Ngoh Ngoh devant le tribunal administratif

0
158

Le retour du président Paul Biya sur la scène publique après des mois d’éclipse a ravivé les spéculations sur un possible remaniement ministériel. Avidité pour certains portefeuilles, nourrie d’un œil.

La psychose renaît dans le sérail. La question de l’opportunité d’un remaniement ministériel, que certains croyaient laissée au calendrier grec, refait surface dans les cercles de pouvoir et de débat public. Beaucoup, même au sein du gouvernement, croyaient aux rumeurs selon lesquelles le chef de l’État ne serait pas en mesure de reprendre ses fonctions.

Certains dans les coulisses avaient laissé entendre que le Sgpr, Ferdinand Ngoh Ngoh, à qui ces ragots donnaient une délégation illimitée de pouvoir, supposé ou réel, était en désaccord avec certains ministres pour descendre du bateau gouvernemental. Si l’on en croit ces indiscrétions, ces ministres sortants potentiels planifiaient déjà une attaque au tribunal administratif, un possible remaniement ministériel tant qu’ils n’étaient pas convaincus que le texte serait signé par le chef de l’Etat dans Personne.

La sortie publique du président de la République les 12 et 13 novembre pour célébrer les obsèques de sa sœur aînée, la veuve Bijang de Dame Régine Ngonda, semble avoir mis fin à tout débat sur la réalité de l’administration du pays par Paul Biya. Frappez vos critiques. Dans le même temps, l’événement a plongé de nombreux membres du gouvernement dans un état de psychose qui sont désormais convaincus que le scénario du renouvellement de l’équipe gouvernementale envisagé depuis les résultats des dernières consultations électorales est toujours d’actualité.

Des informations ont circulé sur le refus de certains ministres d’assister aux funérailles de la veuve Bijang, même si cela était prévu pour des raisons d’intimité familiale. Annonces qui ont contribué à la psychose. Des sources autorisées estiment que Paul Biya aurait profité de sa retraite de la scène pendant tous les derniers mois pour préparer le broyage de la nouvelle équipe gouvernementale.

Les esprits les plus savants, ou du moins ceux qui croient lire une boule de cristal, estiment savoir que ce remaniement pourrait avoir lieu d’ici décembre prochain, ou au plus tard début janvier après le poste de conseiller régional à la suite des élections du 6 décembre.

Médias Lynch

En prévision de ce remaniement de plus en plus imminent et non virtuel, certains ministres sont déjà sur la grille et leurs portefeuilles sont de plus en plus recherchés. Il ne se passe pas un jour où ils ne soient pas victimes d’un lynchage médiatique, qui masque assez mal l’appétit des ministères respectifs. Considéré par certains analystes comme le «gouvernement à la fin du terme» (pour ses propres raisons), ce serait une question de contrôle pour quelques assoiffés sur ce que les observateurs considèrent comme des portefeuilles juteux ou une influence au sein du gouvernement.

A commencer par le Secrétariat général de la présidence de la République. La rumeur court ici et là que le SGP actuel à ce poste stratégique a déjà battu le record de longévité, ce qui fait de lui un véritable président de la République tacheté. Au-delà de cette longévité non diminuée, Ferdinand Ngoh Ngoh devrait payer le prix des réseaux antagonistes qui se disputent le leadership d’influence au sein du sérail. Les noms de ses remplaçants possibles circulent dans les vestibules du pouvoir, suggérant que sa succession a déjà été enregistrée.

L’un de ces noms de remplacement possibles est le nom du professeur Narcisse Mouelle Kombi, l’actuel ministre des Sports et de l’Éducation physique. L’ancien directeur exécutif de la présidence de la République, que certaines langues serpentines prétendent être un intellectuel libre de conscience qui a du mal à suivre les instructions qu’il juge antirégales, bénéficierait d’un postulat très favorable auprès du chef de l’Etat. Même ainsi, cette promotion devrait désormais le positionner comme la voix de la grande communauté Sawa au sein du système.

Cependant, selon d’autres sources, les élites Mfoundi sont également prises en embuscade, et il y a un autre professeur, Laurent Serge Etoundi Ngoa, l’actuel ministre de l’Éducation de base, qui serait en pole position pour occuper ce poste au nom du chef du département des institutions. qui lui a échappé pendant de nombreuses années. D’autres sources encore mentionnent également le nom de Pierre Ismael Bidoung Mpkatt, l’actuel ministre des Arts et de la Culture, à l’origine comme Ferdinand Ngoh Ngoh du département de la Haute Sanaga, en remplacement numérique du titulaire actuel du poste sous la règle non écrite de l’équilibre régional. .

La surprise pourrait cependant venir d’Alamine Ousmane Mey, à qui on attribue une note élevée après des indiscrétions dans les bulletins d’information qui sont parfois utilisés comme référence pour la recherche morale. Cependant, le Secrétariat général de la Présidence de la République n’est pas le seul poste envieux au sein de ce gouvernement en plein essor. On parle aussi du ministère de la Santé, pour lequel certains réseaux seraient déterminés à destituer l’actuel titulaire malgré ses résultats plutôt flatteurs, notamment dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Cela pourrait-il expliquer la spirale de critiques sous laquelle Dr. Manaouda Malachie a souffert ces derniers temps? En tout état de cause, le ton belliqueux avec lequel le Sgpr a appelé au démantèlement des installations sportives nécessaires à la prise en charge des patients Covid a supprimé l’antipathie de certains hiérarques du système à l’égard de l’actuel minesante. Même l’éloge de l’ONU pour la transparence des achats dans le cadre de Covid ne semble pas dissuader ses détracteurs, car les allégations prennent visiblement le commandement dans certains médias encore et encore.

Mais ici, moins que la position stratégique du département ministériel, c’est plus l’épaisseur de son cadre budgétaire qui suscite l’envie. Alors que les projections budgétaires de nombreux ministères sont susceptibles de se rétrécir, celles de Minsanté seront sensiblement augmentées pour prendre en compte la deuxième phase de contamination par Covid-19 que tout le monde redoute, mais aussi le démarrage de l’assurance maladie universelle dès l’année prochaine. Les spéculateurs envisagent déjà l’arrivée d’un filleul de certains hiérarques du système au sommet, qui, après des indiscrétions, vient du département de la Haute Sanaga.

Discrétion de Paul Biya

L’autre département ministériel dans le réticule informatique est Travaux publics. Même avec un budget assez conséquent au fil des ans, la recherche d’argent semble y mettre l’ambiance. De quoi justifier la potence médiatique à laquelle Nganou Djoumessi est exposé depuis un certain temps. Si la confiance et les antécédents de son manager parlent pour lui, l’actuel Mintp n’est pas à l’abri des critiques les plus sévères.

En témoigne la contrefaçon nuisible de France 24 sur la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala, dont les petits problèmes ont motivé la publication d’un rapport de 06 ans pour justifier les retards constatés sur cette page. Cependant, Emmanuel Nganou Djoumessi est le ministre des Travaux publics qui a parcouru la plupart des kilomètres de routes goudronnées tout en enseignant au sommet de Mintp.

Mieux encore, il est connu pour ses innovations qui tendent à faire baisser le prix au kilomètre du bitume et à produire des travaux de la plus haute qualité susceptibles de résister à une usure prolongée. Toutes ces charges endogènes et exogènes sur le système suffiront-elles à influencer la discrétion du chef de l’Etat, seul censeur sur la constitution de l’équipe gouvernementale? Question de conscience qui pourrait donner sa réponse dans les prochains jours …

REF: Sans Détour n°379

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]