« Petit pays », la fin de l’innocence

    0
    18

    Critique

    L’adaptation sensible et juste de « Petit pays » au cinéma, dans laquelle Jean-Paul Rouve excelle en père aimant et lointain, reconstitue sans manichéisme la montée de la tension et de la peur ainsi que l’engrenage fatal de la haine et du racisme qui vont conduire à la tragédie.

    Lecture en 1 min.

    Adapter au cinéma le beau roman de Gaël Faye n’était pas sans risque pour Éric Barbier (La Promesse de l’aube). En travaillant étroitement avec son auteur et en s’immergeant dans les lieux même de l’histoire, le réalisateur parvient à restituer toute la force mélancolique et bouleversante de ce récit livré à hauteur d’enfant. Celui de Gabriel (Djibril Vancoppenolle), 11 ans, né d’un père français et d’une mère rwandaise exilée au Burundi, qui vit dans le même mouvement une double déflagration : la séparation de ses parents et l’irruption de la guerre civile dans son pays, écho au génocide en train de se perpétrer au Rwanda tout proche.

    Le film parvient habilement à traduire les conséquences de cette double tragédie pour Gabriel, tout en maintenant, comme dans le livre, la violence constamment hors champ. L’éloignement de sa mère comme l’irruption des tensions ethniques signifient la fin de l’innocence pour le jeune garçon.

    Du paradis perdu de l’enfance à l’exil, cette adaptation sensible et juste, dans laquelle Jean-Paul Rouve excelle en père aimant et lointain, reconstitue sans manichéisme la montée de la tension et de la peur ainsi que l’engrenage fatal de la haine et du racisme qui vont conduire à la tragédie.

    Cinéma

    Gaël Faye : « Le génocide, c’est le silence des vivants »

    « Spycies », un thriller animalier enlevé mais peu relevé

    Absurde, tendre, délicat, indigeste : les sorties cinéma du 26 août 2020

    Oscars : la justice californienne confirme l’exclusion de Roman Polanski

    Le cinéma renoue avec les festivals

    « Effacer l’historique », en plein cauchemar numérique

    « Tenet », divertissement brillant et bruyant

    « Citoyens du monde », maigres retraites et rêves d’ailleurs



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here