Affaire Alain Foka: et si Charles Atangana Manda avait raison ?

    0
    30

    Si certains ont du mal à défendre bec et ongles le Cameroun face aux attaques médiatiques extérieures, Charles Atangana Manda, directeur de l’observatoire des médias et de l’opinion publique au ministère de la Communication (Mincom) ne se fait pas prier. Ce qui n’arrange pas les pourfendeurs de la République, encore moins les détracteurs de ce haut cadre au ministère que dirige René Emmanuel Sadi. Le dernier péché commis par Atangana Manda, c’est d’avoir interpellé les responsables de Rfi sur les manquements professionnels du magazine « Débat Africain » du 10 mai présenté par Alain Foka, dans lequel un certain Calibri Calibro, présenté comme un activiste camerounais, tire à boulets rouges sur le régime de Yaoundé, sans être recadré par le présentateur.

    En tant que directeur de l’observatoire des médias et de l’opinion publique, Charles Atangana Manda ne pouvait que s’indigner de cette faille. S’il a agi de la sorte, c’est parce qu’il accorde une place de choix à cette radio française, qui a rarement eu un regard objectif sur Yaoundé. Les nombreuses plaintes du ministère de la communication le prouvent à suffisance.

    Mais les remarques de Charles Atangana Manda du 11 mai (via WhatsApp), devenues virales sur les réseaux, n’étaient pas destinées au grand public. Dans sa correspondance du 14 mai, Cécile Mégie, directrice de Rfi, « regrette que ces échanges aient pu faire l’objet de publications, ce qui n’était pas leur destination initiale », mais ne révèle pas l’identité de celui qui a fait circuler ces messages privés. La patronne de Rfi attend le droit de réponse du ministre de la communication, René Emmanuel Sadi. Toute chose qui confirme le déséquilibre du récent plateau d’Alain Foka.

    Sur les réseaux sociaux, les militants et sympathisants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) ont récupéré les échanges entre le cadre du Mincom et les responsables de Rfi pour nourrir leur haine tribale, tout simplement parce que Charles Atangana Manda a osé parler de la « proximité sociologique » entre le présentateur du magazine dédié à l’Afrique sur les antennes de Rfi et un opposant camerounais. « La proximité sociologique n’a rien à voir avec le tribalisme », rassure Atangana Manda.

    Source: ndengue.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here