Affaire Paul Chouta: Voici ce que Calixthe Beyala demande à Paul Chouta pour sa libération

    0
    9

    À ces suiveurs et attardés mentaux qui attaquent Calixthe Beyala, je veux leur dire ceci: instruisez-vous. D’ores et déjà, il faut savoir de quoi vous parlez. Paul Chouta le diffamateur est aussi un cybercriminel. Nuance donc. Il est donc victime de sa cybercriminalité et a voulu par dessus tout jouer au héros. Conseillé par des clowns, le jeune homme et héraut autoproclamé, s’est perdu. Que se cache-t-il réellement derrière cette affaire ?

    Des campagnes de diffamation et d’appel au meurtre des enfants de Mme Calixthe Beyala font florès ces derniers temps avec une cohorte d’informations erronées. En effet, certains êtres sans consistance croient faire peur à l’écrivaine à succès. Ces gens n’ont visiblement rien compris au film. Du soi-disant pape du droit en passant par des personnes consacrées dans les fonts baptismaux de l’inculture, tout y passe.

    L’écrivaine aux multiples prix a effectivement porté plainte contre le cuistre et pseudo journaliste. Ensuite, elle a décidé de retirer sa plainte après un accord écrit avec la partie adverse. Il suffisait que le cybercriminel adresse ses excuses et le tour était joué. Refus de ce dernier, sous des conseils fallacieux des amoureux de la gloriole. Face à ce refus, la justice suit donc son cours. Il croyait sans doute qu’il ne s’agissait que de « diffamation »(6 mois de prison). Il s’agit bel et bien de…cybercriminalité (propagation de fausses nouvelles, appel au viol, atteinte à l’image d’autrui, incitation à la haine raciale, injures publiques, etc) Les peines encourues vont de 2 ans à 10 ans de prison. A qui la faute ?

    Mme Calixthe Beyala a signé le papier indiquant qu’elle arrêtait les poursuites. Me Simh, conseil du blogueur, a le document en sa possession. Or, certains esprits chagrins, perdus dans leur éducation de bas étage, au lieu de se renseigner, sont passés maîtres en folie furieuse et viciée. Il s’agit simplement d’une affaire juridique et non politique comme certains veulent le faire croire. Vous l’aurez compris, Mme Calixthe Beyala n’est responsable de rien et, si d’aventure, elle et ses enfants sont attaqués, les contrevenants répondront de leur forfaiture devant les tribunaux. Fini le chantage, fini l’impunité

    https://www.cameroonweb.com/

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here