ALERTE : Atangana Clément veut évoquer la vacance de la présidence de la République voici les details

    0
    36

    Selon les premières informations parvenues à la rédaction de Camerounweb, la résidence du président du Conseil constitutionnel Clément Atangana est encerclée depuis hier 10 avril par les forces de l’ordre parce qu’il voulait faire une importante révélation. Aux dernières nouvelles, le haut magistrat aurait eu l’intention de convoquer le conseil constitutionnel pour « statuer ou non sur les dénonciations portant sur la vacance à la Présidence de la République ».

    Clément Atangana est un personnage clé du régime présidentiel. C’est lui, en sa qualité de président du conseil constitutionnel, qui a rejeté en 2018, les recours du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) lors du contentieux électoral né de la dernière élection présidentielle.

    Selon l’activiste camerounais Kamoua La panthère (l’homme qui a annoncé la mort du président Paul Biya), le président du conseil constitutionnel aurait exprimé son désir de jeter l’éponge. Il aurait ainsi adressé une note au locataire de la primature.
    Selon Kamoua La panthère, pour museler le patriarche, sa résidence est encerclée à Yaoundé depuis quelques heures par des forces de l’ordre et de défense. Des images (dont Camerounweb n’a pas pu avoir accès) le montreraient paniqué et en pleur.

    « Vous allez voir le domicile de monsieur Clément Atangana. Vous allez voir la garde, les policiers, l’armée devant chez lui. Vous allez voir son visage », disait Kamoua dans sa vidéo.
    La même information a été rapportée par une autre source. Il s’agit de l’activiste Marc Mba. Sur son compte Twitter, il donne des détails sur la composition de l’équipe dépêchée pour encercler le domicile du président du conseil constitutionnel.

    « Ce soir un vieillard est en panique dans son domicile par peur d’être assassiné ou arrêté !Le domicile du président du conseil constitutionnel clément Atangana est enclenché par les éléments de la GPIC,Du BiR , des services secrets , GMI ! », a-t-il écrit.

    Selon la même source, c’est le lieutenant-colonel kola qui dirige la GPIC qui a reçu l’ordre de surveiller les moindres faits et gestes de Clément Atangana.

    Le lanceur d’alerte qui a annoncé le décès de Paul Biya n’exclut pas un éventuel assassinat de l’octogénaire.
    « Ne soyez pas surpris qu’on vous dise demain qu’il (Clément Atangana ndlr) est mort de crise cardiaque, déclare-t-il avant d’inviter ce dernier à libérer sa conscience ».

    Qui est Clément Atanga Nji
    Clément Atangana est le premier président du conseil constitutionnel du Cameroun. Il a nommé le 7 février 2018 par décret présidentiel.


    Magistrat hors hiérarchie, il a été entre autres, conseiller à la Cour Suprême, président de la Chambre Administrative de la Cour Suprême et président de la Commission Nationale de Recensement général des votes pour les élections législatives et pour l’élection présidentielle depuis 1997.

    Panique à Etoudi
    C’est l’incertitude au sommet de l’Etat depuis quelques jours. Le président de la République Paul Biya s’est abonné aux absents durant la guerre que mènent ses lieutenants contre le Covid-19. Alors qu’il est annoncé pour mort, le magazine Jeune Afrique prétend que le président de la République serait en confinement dans son village natal.

    Selon une source proche du sérail, les prochains jours seraient tumultueux au Cameroun. Certains hauts cadres du régime auraient tenté en vain de quitter le pays. Le Cameroun serait depuis géré selon les humeurs du ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji qui snoberait le premier ministre Dion Ngute ainsi que le secrétaire général la présidence Ferdinand Ngo Ngo, pourtant considéré comme le bras droit de Paul Biya au Palais d’Etoudi.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here