Assassinats, fraudes lors des élections: comment peut-on célébrer cette victoire !

    0
    12

    La soi-disant démocratie avancée du Cameroun a poursuivi sa marche vers une catastrophe d’origine humaine malgré tous les signes avant-coureurs. Alors que la décence, la responsabilité et la transparence sont les maîtres mots de véritables démocraties à travers le monde, la démocratie camerounaise est restée embourbée dans la corruption, la controverse et l’irresponsabilité depuis plus d’un quart de siècle.

    Alors que la tendance naturelle à une véritable démocratie est d’innover et de rationaliser les processus et procédures, la démocratie camerounaise fabriquée par son président, Paul Biya, a mis le pays à l’honneur pour toutes les mauvaises raisons.

    Toutes les élections tenues dans le pays depuis 1990 ont été entachées de fraude et de manque de transparence. En 1992, le chien de garde des élections américain, le National Democratic Institute (NDI), a documenté des preuves de fraude aux élections présidentielles et le gouvernement de Biya a déclaré le célèbre institut persona non grata au Cameroun.

    Les actes de fraude au cours de ces élections étaient si grossiers au point que même les aveugles pouvaient les voir. Des élections ont été organisées par le ministère de l’administration territoriale. Le ministre était membre du gouvernement du titulaire dont l’objectif cardinal dans la vie à l’époque était de rester au pouvoir afin de protéger les actes de corruption et de fraude commis sous son État à parti unique.

    L’inscription des électeurs incombait aux chefs locaux et à d’autres fonctionnaires qui étaient payés par un gouvernement qui s’efforçait toujours de se débarrasser de la gueule de bois à parti unique. Le principal chef du parti d’opposition était John Fru Ndi, un homme qui a fait peur dans l’esprit des partisans d’un parti unique. Ses partisans n’ont pas été autorisés à s’inscrire librement aux élections. L’élection présidentielle était plus une guerre qu’un processus démocratique normal, le parti au pouvoir prêchant le tribalisme et promouvant le discours de haine.

    Les anglophones vivant dans de nombreuses régions de l’est du Cameroun ont été exclus du processus électoral car leur loyauté était évidente. C’était le meilleur moyen de garantir au titulaire une victoire. Beaucoup de ceux qui se sont jamais inscrits n’ont jamais eu leur carte d’électeur et même les reçus qui leur ont été délivrés après l’inscription ont été rejetés le jour du scrutin.

    Le jour du scrutin, les bureaux de vote ont été changés à bref délai. Les électeurs étaient complètement confus. Les fonctionnaires électoraux de l’opposition se sont vu refuser l’entrée dans les bureaux de vote. Les urnes étaient remplies de faux bulletins de vote et l’intimidation par le parti au pouvoir était clairement au menu.

    Les résultats ont été compilés par le ministère de l’administration territoriale et rendus publics par la Cour suprême dont les juges ont été nommés par le titulaire. Les signes de corruption et de fraude étaient évidents, sauf pour les membres du parti au pouvoir qui pensaient davantage à leur intérêt personnel qu’à l’intérêt primordial du pays.

    Près de 30 ans après, le parti au pouvoir, le RDPC (Mouvement démocratique du peuple camerounais), parti qui n’a qu’un nom démocratique, a continué à utiliser les mêmes tactiques pour se perpétuer au pouvoir. Les élections d’hier n’étaient pas différentes de ce que les Camerounais ont connu depuis près de 30 ans.

    Le contexte pourrait avoir été légèrement différent en raison de l’insurrection qui s’est déroulée dans les deux régions anglophones du pays et de l’apathie générale des électeurs en raison du passé, mais le parti au pouvoir a toujours utilisé les mêmes tactiques pour se maintenir au pouvoir. Les résultats des élections d’hier étaient connus bien avant le scrutin.

    Le parti au pouvoir a éliminé de nombreux partis d’opposition dans de nombreuses circonscriptions du pays. Tous les partis d’opposition n’ont présenté que 45 candidats aux élections législatives sur 180 sièges. Cela signifiait que le RDPC avait déjà remporté 135 sièges même sans véritable vote.

    Au Cameroun, il n’y a pas de lois strictes sur le financement des campagnes. Le gouvernement du RDPC accorde très peu d’aide financière aux partis d’opposition en difficulté pour leur permettre de participer aux élections. Il s’octroie le Trésor public et utilise des véhicules militaires et d’État pour ses campagnes. Dans les deux régions anglophones, les responsables gouvernementaux ont utilisé des camions militaires et des voitures blindées pour se rendre dans les régions juste pour truquer les élections.

    L’objectif n’est pas de convaincre la population, mais de démontrer que des élections ont bien eu lieu dans tout le pays. Le carburant des camions, les chauffeurs des véhicules et les frais d’entretien sont tous à la charge du pauvre contribuable dont l’intérêt n’est jamais considéré comme prioritaire.

    Alors que les responsables du parti au pouvoir apprécient tout cela, les candidats des partis d’opposition évitent simplement la zone de guerre et seuls les fonctionnaires électoraux du parti au pouvoir se rendent vraiment dans les bureaux de vote. Le résultat de l’élection ne fait donc aucun doute.

    Dans de nombreux bureaux de vote, seuls les soldats du gouvernement ont voté. Des prisonniers d’autres régions ont été transportés comme du bétail vers les deux régions anglophones pour qu’ils votent pour le RDPC au pouvoir. À Buea, Bamenda, Kumba, Mamfe et dans d’autres villes des deux régions anglophones, de nombreux jeunes hommes ont été arrêtés et maintenus en prison jusqu’au lendemain du jour du scrutin. Ils ont été libérés après avoir voté pour le parti au pouvoir. La démocratie avancée du Cameroun progresse à pas de géant; malheureusement, il progresse à pas de géant vers la dictature et la pensée monolithique.

    Le parti au pouvoir, connu pour sa mentalité machiavélique, avait orchestré la véritable fraude, pas nécessairement dans les bureaux de vote, mais pendant le processus d’inscription. Trois heures après la clôture des élections, certains de ses membres ont pu voir la victoire du parti devant l’hôtel Ayaba à Bamenda comme un groupe de singes qui s’est heurté à un tas de bananes.

    Lecteur vidéo
    Selon la loi électorale du pays, seul l’organe électoral fabriqué par le gouvernement, ELECAM, est censé déclarer les résultats des élections et toute personne trouvée déclarant des résultats sans l’approbation d’ELECAM sera reconnue coupable d’avoir enfreint la loi électorale du pays.

    Mais les responsables du parti au pouvoir dans la région du Nord-Ouest ont rendu public leurs propres résultats hier et personne n’a été arrêté ou appelé à comparaître devant un organisme gouvernemental constitué pour qu’ils répondent de leur comportement imprudent. Les lois camerounaises sont simplement sélectives, et elles ne trouvent jamais les responsables du parti au pouvoir coupables d’aucun crime.

    Le parti au pouvoir a gagné par une large marge dans les deux régions anglophones du pays, du moins selon les estimations du parti. La population de ces régions n’a tout simplement pas participé aux élections. Ils ont été déplacés, plus d’un million d’entre eux vivant à travers le pays en tant que personnes déplacées à l’intérieur du pays, tandis qu’un nombre similaire se cache dans les buissons ou se trouve au Nigéria en raison de la violente réponse militaire du gouvernement à l’insurrection.

    La population des deux régions a également respecté le confinement décrété par le gouvernement intérimaire du sud du Cameroun qui vit à l’étranger et cela a en fait ébouriffé les responsables du parti au pouvoir alors qu’Internet regorge de vidéos et de photos de villes abandonnées par des civils qui sont totalement en désaccord avec le façon dont le régime a gouverné le pays pendant plus de trois décennies. Mais le RDPC obtiendra sûrement 100% dans les deux régions.

    C’est une fête peuplée de gens qui ont de nombreux squelettes dans leurs placards. Il s’agit d’une fête qui a commencé avec un slogan qui a captivé l’imagination et l’attention des Camerounais. Rigueur et moralisation ont fait de la fête un produit made in Heaven. Mais au cours des 35 dernières années, les Camerounais ont vu plus de corruption et de démoralisation se répandre à travers le pays comme une traînée de poudre.

    Le RDPC a peut-être remporté l’élection, mais sa bataille pour gagner les cœurs et les esprits, en particulier dans les deux régions anglophones du pays, sera celle qui sera la plus difficile. Les habitants de ces deux régions ont décidé de ne pas écouter l’hérésie politique prêchée par le parti au pouvoir. Malgré la victoire qu’il s’est arrogée, le gouvernement du RDPC, également connu sous le nom de syndicat du crime, ne gouvernera pas le Cameroun en paix.

    Les Camerounais sont devenus plus intelligents et la dignité, pour laquelle les anglophones sont connus, s’étend progressivement à d’autres régions du pays. Le Cameroun est dans une course chaotique vers l’avenir. La route à parcourir est longue et cahoteuse, et les conducteurs du véhicule sont vieux et inefficaces. Les chances que le véhicule se retrouve dans un ravin sont énormes. Seule la communauté internationale peut sortir ce pays du bord du gouffre.


    SOURCE : https://www.w24news.com/assassinats-fraudes-lors-des-elections-comment-peut-on-celebrer-cette-victoire-2/?remotepost=46243

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here