Brice, ambassadeur de la Creuse dans Koh Lanta

    0
    32

    Le jeune homme a grandi à La Souterraine, avant de monter à Paris. A partir de ce vendredi soir, il est l’un des candidats du programme emblématique de TF1.

    Un Creusois à Koh Lanta ! Brice, 23 ans, est l’un des vingt-quatre participants du programme d’aventure et de survie de TF1.

    Je suis né à Guéret, j’ai grandi à La Souterraine, je suis allé au collège et au lycée à La Souterraine et j’y ai passé le bac. Ensuite, je suis monté sur Paris pour mes études d’animateur radio.

    Oui, j’ai travaillé pour NRJ durant 3 ans et demi. J’ai occupé plusieurs emplois, j’ai été auteur pour Guillaume Pley, standardiste et réalisateur avec Manu, j’ai participé au Domingo Radio Stream, et j’ai fait de la réalisation pour Extravadance.

    Aujourd’hui je suis à la recherche d’un emploi. En attendant de trouver, j’anime un stand sur le Tour de France pour faire la promotion du recyclage des piles.

    Quand j’étais petit, j’avais plusieurs rêves. Je voulais faire de la radio et faire Koh Lanta, voilà c’est fait.

    Alors, j’avais mon objectif bien en tête et je me suis entraîné très très dur, je me suis battu des heures et des heures au sport. En fait j’ai mis ma vie entre parenthèses pendant un an pour Koh Lanta. Je n’avais plus que Koh Lanta en ligne de mire. Au bout de 6 mois j’ai même quitté mon travail pour me consacrer uniquement à mon projet. Je voulais y arriver dans une forme olympique, ne rien regretter.

    Il y a des centaines de personnes comme moi qui veulent atteindre ce rêve, je voulais montrer que je méritais ma place, je me suis dit que les efforts fournis allaient payer pendant l’aventure.

    Non. Un peu plus de deux semaines avant le départ, je reçois un coup de fil. Ca y est, je pars pour Koh Lanta. C’est quelque chose que j’ai du mal à réaliser, encore aujourd’hui. C’a été l’un des plus beaux jours de ma vie.

    Sur le coup on ne se rend pas vraiment compte, c’est un rêve que j’ai depuis tellement longtemps, et là je le touche du doigt. On nous dit « oui, c’est bon », et ce « oui » c’est le point zéro de l’aventure, alors que moi j’avais l’impression d’avoir passé des centaines et des centaines d’épreuves tellement c’était long ! Ce jour-là, ç’a été une délivrance. On m’a dit que le meilleur nous attendait… ou le pire. Et moi je me dis que dans quelques jours je serai à Koh Lanta, pour en découdre avec les autres concurrents.

    Oui, la première anecdote c’est quand j’arrive sur la plage (NDLR : le tournage a eu lieu dans les îles Fidji). Je découvre mon équipe, je découvre Denis Brogniart, et là il nous annonce que c’est un Koh Lanta des régions… ça restera l’un de mes plus beaux souvenirs.

    Le principe de Koh Lanta des régions ? C’est quatre équipes, le Nord (Violet), l’Est (Vert), le Sud (Bleu), et l’Ouest (Orange). Evidemment mon équipe c’est l’Ouest. Les six candidats se sont battus à 10 000 % pour la région. C’était incroyable de me dire que moi qui aime tant ma région, tant le grand ouest, tant le Limousin, tant la Creuse, j’allais me battre non seulement pour moi, mes proches et mon équipe, mais aussi pour toute cette belle grande région. Ca me tenait particulièrement à cœur, ça m’a motivé pendant l’aventure. J’espère que les Creusois seront derrière moi, qu’ils seront fiers.

    Sur le tournage, on ressent un manque au niveau de la nourriture. Au début de l’aventure, on ne peut pas s’imaginer ce que c’est, on est mis devant le fait accompli. Moi je suis très compliqué au niveau de la nourriture, je n’aime pas la coco donc je suis parti avec un petit désavantage. Après, c’est l’aventure, c’est le jeu, on sait qu’on part pour ça donc il faut se faire violence au niveau mental et au niveau physique.

    Par contrat, vous ne pouvez pas dévoiler le résultat du jeu, mais quel regard portez-vous sur l’aventure ?

    Je suis très fier. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi dur. A 22 ans, c’était le bon moment pour faire le jeu, je suis dans une bonne période de ma vie, j’en garde un super souvenir. J’essaie de n’en retirer que le positif, les rencontres que j’ai faites sont vraiment incroyables, c’est des choses qui vous marquent à vie, ça nous en apprend sur nous-mêmes, ça nous faire découvrir des facettes de notre personnalité qu’on ne connaissait pas. Après, pour se reconnecter à la vie, c’est très difficile.

    Qu’il faut garder ses rêves en ligne de mire toute sa vie. Il ne faut rien lâcher, toujours suivre ses rêves quoi qu’il advienne, quoi que les gens nous disent. « Ne le fais pas, tu vas être nul, tu ne vas pas réussir… », il faut faire abstraction de ces gens-là, toujours croire en soi, c’est le plus important, surtout dans Koh Lanta où la difficulté est vraiment présente, beaucoup plus qu’on peut l’imaginer, c’est aussi pour ça que c’est une aussi belle expérience.

    Oui, j’enchaîne les interviews, j’essaie d’être le plus proche possible des gens qui regardent Koh Lanta, de répondre un maximum sur les réseaux sociaux. Ca peut paraître anodin, mais on ne se rend pas compte de la portée de Koh Lanta. On a des centaines de messages alors que le premier épisode n’a pas encore été diffusé, c’est assez incroyable de voir tout cet engouement. Et moi ça me touche beaucoup de voir tous ces messages, je prends un vrai plaisir à y répondre et à partager un bout de mon aventure avec les téléspectateurs. »

    Feu de forêt dans le Sud Drôme : près de 300 pompiers vont y passer la nuit

    Vierzon : une femme dans un état grave après un accident entre une voiture et un véhicule utilitaire

    Lutte contre les violences conjugales : le ministre de la justice veut étendre les « idées simples »

    PHOTOS – Le chantier du nouveau Parc des expositions de Saint-Étienne dans les temps pour la foire



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here