CAMEROUN :: Catastrophe : La défaillance de la protection civile :: CAMEROON

    0
    72

    Sur le terrain ce 22 août 2020, quelques éléments du corps national des sapeurs pompiers du Cameroun ont été aperçus dans les quartiers Ngodi ou Akwa, transportant des personnes âgées, à mobilité réduite, femmes et enfants, menacés par les eaux en furie. Créé en 1986, le corps national des sapeurs pompiers du Cameroun est une unité militaire interarmées spécifique et spécialisée. Elle a entre, autres missions, dans la protection civile, la sûreté et la prévention publique.

    Dans le même cadre, l’organisation administrative camerounaise a également prévu une direction exclusivement chargée de la protection civile. Placée sous l’autorité d’un directeur, la direction de la protection civile est logée au sein du ministère de l’Administration territoriale. Plusieurs missions lui sont assignées, à savoir : l’organisation générale de la protection civile sur l’ensemble du territoire, en liaison avec les administrations concernées, des études sur les mesures de protection civile en temps de paix et en temps de guerre en liaison avec les administrations concernées, des relations avec les organismes nationaux et internationaux de protection civile, de la préparation des stages de formation des personnels de la protection civile en liaison avec la direction des ressources humaines, de la coordination des moyens mis en oeuvre pour la protection civile, notamment les secours, le sauvetage, la logistique, l’utilisation des forces supplétives et auxiliaires, des transferts de corps. Etc.

    La direction de la protection civile du ministère de l’Administration territoriale a-t-elle rempli sa mission au regard de graves incidents pluviométriques survenus à Douala ? Il est évident que l’absence criarde de secours, de moyens de sauvetage ainsi que de la logistique de protection civile s’est fait scandaleusement ressentir sur le terrain des inondations. Confirmant la défaillance du système de protection civile national en faveur de la ville de Douala. Malgré ce fiasco à priori, la direction de la protection civile dispose d’autres prérogatives à posteriori.

    Parmi ses figurent en effet l’examen des requêtes en indemnisation et aides financières des personnes victimes des calamités, du contrôle de l’utilisation des aides, du suivi de la gestion des aides. Au regard des pertes inestimables enregistrées par des milliers de familles de la capitale économique, une prompte réaction de la direction de la protection civile dont l’action reste méconnue des populations est vivement souhaitée.

    2005 – 2020 camer.be


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here