Cameroun-Inondation : Voici pourquoi ‘il ne faut pas un 2ème Ngouache à Douala’

    0
    53

    Le secrétaire général du Cameroon people’s party suggère au gouvernement de renforcer le dispositif de prévention et d’intervention en cas de catastrophes.Vendredi 21 août 2020, de fortes pluies se sont abattues  sur la ville de Douala.  Aucun arrondissement n’a été épargné : le port, le siège des Brasseries à Bali, Tractafric, Logpom… ont été submergés par des torrents d’eaux.

    Les drains pas entretenusUn désastre environnemental qui ne laisse pas les hommes politiques de marbre. Invité ce mardi 25 août 2020 sur les ondes d’ABK radio, le secrétaire général du Cameroon people’s party (CPP) Franck Essi suggère entre autres : « La première  réponse au regard des dégâts de vendredi 21 Août, il faut éloigner les plus vulnérables tels que les malades, les enfants, les personnes  âgées, mobiliser les jeunes de quartiers qui vont venir en appui aux forces de la protection civile parce que si la situation revient, ce sera très  compliqué. Au-delà, il y a l’amplification des maladies hydriques telles le choléra qui était déjà là. »

    A lire aussiCameroun – Basketball/Qualifications Coupe du Monde 2019: Un Cameroun héroïque se fait battre par la Tunisie (66-67)Le militant du CPP ajoute : « La leçon à retenir aussi c’est que l’urbanisme désordonné ne peut pas continuer. Il faut prendre des mesures… Les drains aussi ne sont pas entretenus. Et puis, le ministre de la Décentralisation n’a pas su anticipé parce que ce n’est pas pendant la saison pluvieuse qu’on vient informer sur des inondations. »

    La corruptionDans toutes nos villes, constate-t-il, il y a des zones à risque. Il faut donc faire un point pour les identifier. Renforcer le dispositif de prévention et d’intervention en cas de catastrophes. « Voir dans quelle mesure, faire partir ces populations qui vivent dans les zones à risque parce qu’il ne faut pas un 2e Ngouache. » Propose le  cadre du CPP.

    A lire aussiRelations avec la diaspora : Maurice Kamto s’apprête à faire une tournée nord-américaineSelon Franck Essi, il y a des choses qui sont faites, mais pas à la hauteur du problème. Il y a des fonds débloqués mais pas à la hauteur des enjeux. Le gros problème aussi qui se pose c’est la corruption, estime l’invité.  Ce fléau « nous empêche de faire les choses telles qu’elles devraient être faites. »


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here