CM – Philippe savait déjà en 2017 que Macron changerait de Premier ministre à moyen terme

0
21

Pour Emmanuel Macron, il a fallu remplacer son Premier ministre au bout de trois ans afin de « respirer » le pays dont il a « parlé » avec Édouard Philippe en 2017. Il a confié le chef de l’Etat dans un livre qui paraîtra jeudi. « La durée de vie d’un Premier ministre n’est pas forcément celle du président », « je lui en avais parlé », explique Emmanuel Macron au journaliste du Figaro Arthur Berdah dans son livre Emmanuel Macron – Vérités et Légends (Ed. Perrin). .

Edouard Philippe a donc quitté Matignon le 3 juillet car Emmanuel Macron a assuré que « c’est une forme de respiration dans la vie du pays après trois ans », « sans critères personnels ni confiance entrant en jeu ». Dans cet entretien, qui a été réalisé pour le livre en septembre 2020, le chef de l’Etat répond également à des questions plus personnelles, comme la difficulté pour un président de nouer des amitiés sans intérêt.

« Il faut être clair, nous avons le des amis que nous faisons avant », admet-il. «La politique n’est pas le moment de s’inquiéter. Vraiment sincère. Ce qui va de pair avec l’amitié, c’est-à-dire le désintérêt, […] est déformé par la fonction. «  »

Il répond également à ceux qui dépassent le champ « souverain », en particulier la sécurité. «Ceux qui prétendent être« royaux »sont les meilleurs alliés de leurs ennemis. Parce qu’ils exacerbent les tensions, ils ne résolvent pas le cœur du problème et ne tournent pas une partie de la population vers la caricature qu’ils font des sujets », répond-il. «Fondamentalement, les gens pensent qu’il est brutal pour une partie de la société d’être« royale ». De plus, ceux qui avaient les mots les plus forts avaient généralement des actions très faibles. Je crois en l’efficacité. Je n’ai jamais été hystérique à propos de ce problème. «  »

Pour en revenir aux gilets jaunes, il voit encore les Français comme « un peuple des Jacqueries », « une terre de monarchistes et de régicides ». Il ajoute: «Nous voulons avoir un chef – et choisissez-le maintenant! – pouvoir le tuer quand les choses vont mal ». Tant qu’il ne « parviendra pas à restaurer un cadre commun », estime-t-il, la crise « reviendra ».

Nous le garderons d’un député. Personne ne m’empêchera de penser que Macron et Philippe ne se sont pas fait de « bons amis » …

Philippe avait dit qu’il serait là jusqu’au bout en tant que FFILLON!

En 2017, les gens savaient qu’ils changeraient de président – tant ont-ils reniflé les années oppressantes à venir; )

Lisez les articles de la section Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle
Résultats législatifs

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: