Éperviers : Voici pourquoi sale temps pour les procureurs de Douala et du Littoral

    0
    19

    La Commission nationale Anti-corruption ne veut plus passer sous silences les nombre cas de corruption dénoncés dans les palais de justice du Cameroun. Dans une note adressée au président de la République Paul Biya, la commission lève le voile sur des pratiques criminelles de certains procureurs.

    Selon la Conac la corruption rampante règne au sein de la magistrature et pourrit considérablement le système judiciaire camerounais. Elle donne l’exemple de deux procureurs qui contre rémunération libèrent dans la nature de dangereux criminels contrairement à la loi qu’ils sont censés faire respecter.
    La Conac donne en exemple, « un litige entre des Magistrats du TPI de Douala Bonanjo et le Groupement de Gendarmerie Territoriale de Douala qui s’est opposé à la libération par le substitut du Procureur (dépêché) d’un dangereux criminel récidiviste recherché et interpelé après d’âpres efforts. Ces gendarmes mettent clairement en causse MM. Awala Wogougue et Kiam Jean Paul, respectivement Procureur Général du Littoral et procureur du Tribunal de Première Instance de Bonanjo, qui contre de l’argent, torpillent les procédures, ordonnent arbitrairement la libération de criminels et bafouent la justice dans cette partie du pays. »palais de justice du Cameroun

    Après investigation, la Commission nationale Anti-corruption confirme les cas de corruption dans la juridiction de Douala et propose des mesures fortes pour y remédier.

    Source: Camerounweb.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here