EXCLU – Regardez les confidences bouleversantes de Guy Carlier en direct dans « Morandini Live » sur CNews: « Je regrette la souffrance que j’ai imposée à mon fils Carlito » – VIDEO

    0
    22

    Ce matin, Guy Carlier était l’invité de Jean-Marc Morandini dans « Morandini Live » sur CNews et Non Stop People. Le chroniqueur a inauguré la nouvelle chronique « Les 12 dernières minutes ». Sans tabou, il a évoqué, en exclusivité, sa santé après la photo publiée cet été sur laquelle les internautes ont pu le voir amaigri.

    « J’avais l’air amaigri parce que je le suis ; très faible, je ne le suis pas du tout », a-t-il tenu à rassurer avant de préciser qu’il s’agit d’une photo prise pendant ses vacances où il est apparu avec un maillot de l’équipe de foot de Monaco. « Je venais de tailler des arbres dans le jardin. J’étais physiquement fatigué. J’ai pris une douche et puis j’ai enfilé ce maillot. On a fait la photo et je l’ai balancée dans l’euphorie sur Twitter », a-t-il continué.

    « Je tiens à rassurer les gens : je vais bien, je ne me suis jamais senti aussi bien. La seule chose, c’est que je suis passé du statut de gros à celui de vieux sans passer par la case mec normal », a précisé Guy Carlier en confiant qu’il va faire « un petit lifting ».

    « Avoir maigri, ça m’a donné du temps disponible parce que, quand vous êtes dans l’obsession du combat ou de la défaite, c’est chronophage. Je ne sais pas comment pendant des années, j’ai pu écrire des chroniques, travailler », a-t-il ajouté avant d’évoquer l’éducation de ses enfants et notamment le fait qu’il laissait l’un de ses fils, Carlito, à trois rues de son école pour pas que ses copains le voient.

    « Je m’en veux. Avec mon plus grand enfant, c’était encore pire : je n’étais pas là. (…) Je n’en ai pas reparlé avec eux. Il y a une pudeur. J’ai fait un bouquin [« Moins 125 »] pour eux. Je regrette la souffrance que j’ai imposée à Carlito. C’est désastreux. C’est une défaite dans ma vie. Il a fallu attendre le troisième, Antoine qui a 13 ans, pour que j’ai la maturité. Je suis en fusion avec lui. Carlito a sa vie de star, mais il est là. Il envoie un mot ‘love dad’ et ça me suffit. Stéphane, c’est pareil mais il est assez solitaire. Quand je l’ai eu, j’avais 20 ans et je n’avais pas une image désastreuse. J’étais beaucoup en voyage, j’étais absent. Il a été construit, lui, par sa mère, s’est-il souvenu.

    Et d’ajouter : « Le poids, ça isole. Tu t’isoles de tous les gens qui sont proches de toi affectivement. Tu détruis tout lien affectif, comme tu te détruis toi. On ne peut pas vivre avec un boulimique. Tu mens, tu triches, tu trahis les gens que tu aimes et qui t’aimes. Aujourd’hui, j’ai une relation de père responsable avec Antoine, je sais ce que je lui apporte. Je me sens disponible ».

    « J’ai maigri parce que c’était une question de survie et de quête de l’amour (…) J’ai été aidé par le nutritionniste Jean-Michel Cohen qui m’a aidé et qui m’a enfermé neuf mois dans un clinique pour me désintoxiquer (…) Je vivais au jour le jour. Je n’avais pas d’avenir », a-t-il expliqué en précisant que le 26 septembre, il va monter sur scène avec un spectacle « où je parle des gens ».

    « Aujourd’hui, chaque jour est un bonheur avec un lendemain, bizarrement. Avant, le lendemain n’existait même pas », a-t-il conclu.

     » Ca ne m’interesse pas mais je clique sur la news quand même et prend mon temps pour la commenter »

    Tu n’avais pas compris le contenu de l’article rien qu’en lisant le titre? ce n’est pas bien compliqué pourtant



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here