Exclusif: voici comment Ngoh Ngoh et Jean Claude Ayem ont fait échouer Paul Biya (CAN 2019)

    0
    19

    A 18 mois de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football qu’abrite le Cameroun en janvier 2019, les travaux du stade de la capitale qui porte le nom du chef de l’Etat, piétinent. A l’origine apprend-on, entre autres, le refus du secrétaire général de la présidence (Sg/Pr), ainsi que du conseiller technique du même service, de débloquer les 03 milliards FCFA destinés à la structure de contrôle des travaux.

    Il n’est de secret pour personne que la Can de football qu’accueille le Cameroun en janvier 2019, est hypothéquée par la construction des stades. Pour ce qui est du stade Paul Biya de Yaoundé- Olembé, les travaux tournent au ralenti, alors qu’approche l’échéance. Selon une enquête menée par votre journal, le problème vient de l’inexplicable refus de Ferdinand Ngoh Ngoh et de Jean Claude Ayem de signer les décomptes au profit des entreprises, dont celle chargée du contrôle des travaux, et à qui trois milliards FCFA doivent être versés. Outre cette entreprise chargée du contrôle des travaux, affirme-t-on, les autres sociétés impliquées dans la construction du stade Paul Biya d’Olembé, ne sont pas payées.

    « Qu’il s’agisse des Italiens chargés des travaux du stade d’Olembé ou de la société de contrôle, personne n’a touché un copeck, alors que tout cela est budgétisé. Du coté de la direction du Trésor, tout est prêt depuis longtemps, mais le décaissement des fonds est bloqué par le secrétaire général de la présidence de la République, et le conseiller technique du même service, lesquels ne disent vraiment à personne ce qu’ils demandent pour signer les décomptes pour le

    dispatching, afin que l’argent soit à la disposition des ayants droits », s’indigne-t-on du côté des uns et des autres. Et notre source de s’inquiéter davantage : « Nous avons peur qu’à cette allure, le stade d’Olembé ne soit achevé à temps, et que le Cameroun, ne puisse organiser la Can 2019. C’est pour la première fois que nous voyons une Can qui se prépare sans un Comité d’organisation, pour être confiée à deux individus de la présidence de la République qui n’en savent rien ». Plus loin, l’on nous confie que l’étrange attitude de Ferdinand Ngoh Ngoh et Jean Claude Ayem, pourrait rendre plus cher le stade d’Olembé, avec la technique des avenants.

    Plus inquiet encore, nous apprend-on, le rôle de faire-valoir auquel la présidence de la République, a confiné Bidoung Mpkatt (très inquiet) le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep), dans la préparation de la Can 2019. « Ferdinand Ngoh Ngoh et Jean Claude Ayem gèrent tout. Le ministre des Sports se contentant de leur envoyer les courriers des offres de service des prestataires. Il faut déjà que les Camerounais sachent que si la Can 2019 échoue, le Minsep n’y serait pour rien. Il est très bon dans l’organisation des choses. Mais pour la Can 2019, il ne gère aucun dossier », croit-t-on savoir.

    Menace sur tous les stades devant accueillir la Can 2019

    De nos investigations, nous apprenons que pour la rénovation des stades de Garoua, ou de la Réunification de Douala, les appels d’offres, n’ont pas encore été lancés. Et pourtant, la Can 2019, approche à grand pas. Du côté de Douala où les Turcs ont la charge de la construction du stade de Japoma, la sérénité, est de loin, la chose la mieux partagée. En mars dernier, devant l’alerte et les inquiétudes des Hommes de média, le constructeur, avait donné une

    conférence de presse à Yaoundé où il avait tenté de convaincre l’opinion qu’il achèverait les travaux à date. De ce côté-là également, l’on craint la malicieuse technique des avenants, laquelle sous le coup de la pression des délais, renchérit le coût d’un marché.

    Absence d’infrastructures hôtelières et de transport

    Pour un événement de l’acabit de la Can de football masculin avec 16 équipes, nous renseigne-t-on, l’offre en hôtels standards du Cameroun, reste encore insuffisant. Excepté l’hôtel La Falaise de Yaoundé et le Hilton de la même ville, tout est à refaire. L’hôtel Mont Fébé de Yaoundé, celui du Sawa Novotel de Douala, ont été sommés à la rénovation par l’Etat. Et silence radio sur les hôtels censés être construits. « Les appels d’offres pour la rénovation de ces hôtels, ont été acheminés à la présidence de la République. Et jusqu’à présent, aucune réponse n’y a été apportée. On attendra la dernière minute pour bricoler », s’indigne un expert en événementiel qui a requis l’anonymat.

    Dans le domaine des infrastructures de transport, aucune visibilité ou assurance. La communication enthousiaste connue naguère sur l’arrivée de bus neufs, a fondu comme beurre au soleil. C’est à en croire certains, une navigation à vue qui n’émeut personne pour ce qui est de la préparation à la Can 2019.

    Voilà donc que par le fait de Ferdinand Ngoh Ngoh et Jean Claude Ayem, les deux hommes forts de la Can 2019, la construction du stade d’Olembé, est plus que jamais hypothéquée. Voilà, deux personnes qui, par on ne sait quel intérêt égoïste, déterminées à trainer le nom du chef de l’Etat dans la boue, en programmant l’échec de la Can 2019. Pire encore, nous confie-t-on, le Sg/Pr ainsi que le conseiller technique, ont le toupet de vouloir ternir l’image du stade d’Olembé de Yaoundé, le seul qui, porte le très prestigieux nom de Paul Biya.

    Vivement que le président de la République, veille à ce que soit versé par la direction du Trésor, l’argent dû aux entreprises chargées de la construction du stade qui porte son nom, notamment les 03 milliards de la société de contrôle des travaux. Parce qu’en fin de compte, en cas d’échec, seul le nom de Paul Biya, serait tenu pour responsable. Bien plus, d’aucuns pensent que pour la célérité des préparatifs de la Can 2019, comme pour la Can féminine 2016, il serait salutaire de remettre le ministre des Sports au centre des affaires. Et le Cameroun, leader de la Cemac, échouerait-il où le Gabon et la Guinée Equatoriale ont réussi !?

    Source: camer.be

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here