Field Marshall échappe de justesse à un assassinat Voici son [TEMOIGNAGE]

    0
    11

    Field Marshall, chef des ‘Red Dragons’ de Lebialem, aurait échappé à un ‘complot d’assassinat bien pensé et élaboré par l’armée Camerounaise’. Il n’a manqué que de quelques centimètres l’assaillant qui avait pénétré dans leur base.

    Selon le témoignage de leader sécessionniste Kemi Ashu, qui a relayé l’information, l’agent qui devait exécuter le complot est un officier de police en poste à Buea.

    Camerounweb vous propose l’intégralité de son témoignage

    L’agent qui devait exécuter le complot avait, le dimanche 16 février, appelé un certain nombre de généraux des Dragons pour négocier un accord de vente d’armes. Il leur a confié lors de la conversation téléphonique qu’il était en possession de trois mitrailleuses qu’il aimerait vendre aux Dragons. Au cours de la conversation, il a réussi à convaincre les généraux que les armes à feu étaient souper et que s’ils transféraient simplement 100000 francs sur son compte pour paiement anticipé, qu’il livrerait les armes à feu le lendemain, – lundi 17 février. Il semblait convaincant aux Dragons et considérant qu’il venait de Fontem et d’un officier de police avec un accès sans entrave aux armes à feu, les Dragons lui ont envoyé l’acompte. En compagnie d’un autre homme familier avec le terrain avec lequel il rencontrerait le Field Marshall pour la transaction, ils ont quitté Buea ce dimanche par Douala. Le témoin a avoué qu’il avait bel et bien vu les fusils – trois d’entre eux avec ce policier au décollage de Buea. À Douala, il a déclaré que l’agent de police avait décidé de démonter les armes pour faciliter le transport, de les mettre dans un sac à main avant de se lancer dans le voyage. Une fois à Melong, l’agent a appelé les Dragons et les a informés que lui et son collègue y passeraient une nuit pour rejoindre Lebialem le lendemain seulement.

    À l’insu de l’autre compagnon de voyage avec l’agent et des Dragons, il travaillait avec l’armée camerounaise, il était un leurre pour eux. Un convoi militaire de cinq personnes quitterait Dschang ce dimanche-là, se rendrait à Azi, passerait la nuit et, dans son style caractéristique, partirait tôt le matin pour aller chercher la FM – cela suppose que tout fonctionne. L’agent de police passe donc la nuit à Melong pour acheter du temps au convoi militaire pour se rendre à Azi et passer la nuit. Comme les militaires, il se réveillerait alors tard dans la nuit et continuerait le voyage pour arriver à Lebialem à 4 heures du matin lundi, avec son compagnon. Le plan – il conviendra avec FM où se rencontrer, il communiquera ensuite aux soldats d’Azi qui auraient déjà fait leur chemin près des environs à l’époque, ils prendront position dans les buissons environnants pour que lorsque FM se présente pour le rencontrer, il serait pris en embuscade.

    Dieu dans Sa miséricorde a contrecarré tout le complot. Premièrement, les cinq convois militaires qui avaient quitté Dschang ce dimanche-là et avec lesquels il travaillait, ne se sont pas tous rendus à Azi. Deux d’entre eux ont explosé à Nchobeyari, laissant ceux qui ont survécu passer le reste de la journée à soigner les morts et les blessés. Leur mission a donc été sabotée. À ce stade, l’armée a communiqué avec son agent de police (puisqu’il était déjà allé si loin), pour procéder et espionner l’emplacement de FM afin qu’ils puissent utiliser les informations à une date ultérieure pour aller le chercher.

    Mais c’est ici que toute la mission s’est effondrée. Les Dragons avaient surveillé ses mouvements une fois entrés dans Lebialem. Il a d’abord rencontré les commandants, puis le FM et son convoi. Il y avait une excitation générale dans l’air, des échanges de plaisanteries dans l’espoir de nouveaux achats d’armes jusqu’à ce qu’une chose se produise – lorsque le FM a demandé à voir les armes. Au lieu d’ouvrir le sac censé les contenir, j’ai tenu FM et je l’ai éloigné un peu des autres avant de lui dire que les fusils n’étaient pas avec lui, qu’ils sont à Douala. FM a demandé ce qu’il portait alors dans le sac? Il a dit que c’étaient ses robes. FM a demandé à voir les robes, ils ont ouvert le sac et ont découvert qu’il n’y avait qu’un oreiller dedans. Son compagnon, qui avait voyagé avec lui depuis Buea, est tombé en disgrâce. On lui avait dit que le sac contenait les armes à feu qui, selon l’agent, avaient été démontées à Douala pour un transport sûr et facile.

    Après avoir ouvert le sac et découvert que ni les fusils ni ses robes n’étaient à l’intérieur, c’est alors que FM a commencé à penser qu’il avait peut-être été envoyé. Soudain, la question de savoir pourquoi il était venu là-bas, voyageant depuis Buea, a occupé tous les Dragons. Immédiatement, ils l’ont placé en détention provisoire et ont commencé à l’interroger. C’est alors que j’ai mis à nu toute l’intrigue. J’ai avoué qu’il opérait avec l’armée. Il a déclaré que, sans l’embuscade de dimanche à Nchobeyari, l’armée aurait pu se présenter à l’opération pour prendre ou tuer Field Marshall. Il a ajouté qu’il avait mené de nombreuses opérations de ce type dans la zone sud, en particulier à Ekona, Muyuka et Ekombe, ce qui avait entraîné la fermeture de camps de restauration. Pour le moment, il reste en détention et le Field Marshall est sauvé. Les deux prières fonctionnent et nous devons les faire monter au ciel.

    Les deux combattants doivent être très intelligents. L’idée d’essayer d’obtenir des armes de la police, des gendarmes ou de l’armée du LRC ne devrait plus jamais être envisagée. Ils sont un piège. S’ils n’utilisent pas la transaction pour mettre en place une embuscade, ils y inséreront des dispositifs de suivi GPS pour suivre leur emplacement. Il en va de même pour les balles, en particulier les balles AK. Les deux doivent éviter de les acheter auprès de la sécurité du LRC et / ou d’agents militaires. C’est un stratagème que l’armée LRC a utilisé pour tuer de nombreuses forces de restauration.


    SOURCE : https://www.w24news.com/field-marshall-echappe-de-justesse-a-un-assassinat-voici-son-temoignage/?remotepost=62215

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here