Ilaria Allegrozzi accusée (HRW) de terrorisme: le gouvernement sort les preuves

    0
    14

    Réné Sadi a affirmé ce 27 février détenir des éléments prouvant une certaine proximité entre Ilaria Allegrozzi de Human Rights Watch et les séparatistes.

    Au cours d’un point de presse destiné à répondre aux accusations du rapport de Human Rights Watch sur le massacre de Ngarbuh, le Mincom a révélé un certain nombre de preuves à charge contre la chercheuse de HRW. Ces éléments « irréfutables » selon Réné Sadi permettent d’établir des liens entre elle et les séparatistes.

    En effet, les « terroristes » séparatistes « mettent régulièrement à la disposition de Ilaria Allegrozzi et à sa demande, depuis le début de la crise dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des photographies, des vidéos, ainsi que des informations sur leurs diverses abominations » relate Réné Sadi. Des éléments que la chercheuse utiliserait ensuite contre les autorités de Yaoundé et les forces de défense camerounaise.

    Ces preuves accablantes contre Ilaria Allegrozzi, sont confirmées par les éléments retrouvés dans le téléphone d’un dangereux terroriste sécessionniste, spécialiste en trucage d’images dénommé NFOR YACUBU mis au arrêt depuis le 24 février dernier. « L’exploitation de son téléphone portable a permis d’établir que l’intéressé entretient d’étroites relations de complicité active avec Madame Ilaria ALLEGROZI » révèle le Mincom.

    Selon les discussions saisies dans le téléphone de Nfor Yacubu, Ilaria Allegrozzi s’appuie sur le séparatiste pour obtenir des images des différents crimes commis dans la zone anglophone. « Cette dernière demande au terroriste de lui fournir autant que possible, en les fabriquant de toute pièce, des documents visuels, photographies et vidéos, montrant les Forces Camerounaises de Défense et de Sécurité en train de commettre des violences sur des civils ».

    Ces discussions, aujourd’hui dans les mains du gouvernement sont supposées rester secrètes puisque « Madame ALLEGROZI demande à son affidé, le terroriste sécessionniste NFOR YACUBU, de toujours prendre la précaution de supprimer sur son téléphone, tous les contenus de leurs conversations, pour des raisons de sécurité », selon Réné Sadi.

    Malgré ces différentes preuves, le Mincom n’a pas indiqué les mesures qui seront prises contre Illaria Allergozi, elle qui avait déjà été chassée du Cameroun en 2019 alors qu’elle travaillait encore pour Amnesty International. La réponse de Human Rights Watch, « terrible usine à mensonges » comme le nomme Réné Sadi est désormais attendue.


    SOURCE : https://www.w24news.com/ilaria-allegrozzi-accusee-hrw-de-terrorisme-le-gouvernement-sort-les-preuves/?remotepost=79465

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here