Ligue 1 : l’OL et Depay imposent leur loi à Dijon et lancent bien leur saison – Foot – L1

    0
    13

    Neuf jours après son élimination en demi-finales de la Ligue des champions, Lyon a mis un peu de temps à redescendre de son nuage et revenir à la réalité de la Ligue 1. Mais, au fil de la rencontre, les Lyonnais ont trouvé leur rythme et, surtout, retrouvé de l’efficacité. La faiblesse de l’adversaire a aussi aidé.

    Tout a basculé en l’espace de cinq minutes, en fin de première période. Alors qu’Aurélien Scheidler avait surpris tout le monde, en contre et contre le cours du jeu, en deux temps (14e, 0-1), son premier but en L1, l’OL a continué à dicter son tempo. Et, à force de reculer et d’être au bord de la rupture (4e, 7e, 9e, 26e, 33e…), les Dijonnais ont fini par céder.

    Puisqu’il faut toujours désigner un responsable, le jeune (19 ans) Ahmad Ngouyamsa, titularisé en tant que latéral droit, a été impliqué sur chaque acte du come-back rhodanien. Il a d’abord provoqué le premier penalty (37e), transformé par Memphis Depay (39e, 1-1), puis s’est fait enrhumer par le Néerlandais sur les deux buts suivants (45e, 2-1 ; et 45e+1, 3-1). Le pire moment pour craquer.

    En revanche, il était sorti (55e) quand Lyon a mis le quatrième, encore sur penalty et encore par Depay (66e, 4-1). Même s’il faudra vérifier face à une meilleure adversité, l’OL a semblé affûté et inspiré, sur la lancée de son Final 8 de C1 à Lisbonne. Mais jusqu’à quand pourra-t-il, même en l’absence d’Houssem Aouar, positif au Covid-19 et forfait, associer Depay à Karl Toko Ekambi et Moussa Dembélé en attaque ? En attendant la fin du mercato, Rudi Garcia n’a pas de raison de s’en priver.

    C’est un peu paradoxal. Depay est évidemment l’homme du match : comment ne pourrait-il pas l’être avec trois buts et demi sur quatre ? Pourtant, longtemps, le Néerlandais n’a pas du tout pesé dans l’organisation du jeu lyonnais. Il a d’ailleurs perdu 23 ballons et n’a remporté que 19 % de ses duels en 70 minutes.

    Mais il s’est progressivement repris, et a assumé ses responsabilités là où on l’attendait : dans la finition. Ses deux penalties – le premier croisé et poteau rentrant, le second en force et barre rentrante – étaient imparables, Alfred Gomis restant impuissant sur sa ligne. Il faut ajouter à cela sa spéciale – retournement éclair, arrêté et dos à son vis-à-vis -, suivie d’un centre fort poussé malencontreusement au fond par Wesley Lautoa, et son superbe enchaînement au point de penalty. Il y a quand même pire comme reprise en L1, neuf mois et demi après l’avoir quittée sur une rupture d’un croisé.

    Certes, le DFCO pourra se dire que la Juventus Turin et Manchester City ont également chuté face à cet Olympique Lyonnais, mais la situation semble tout de même préoccupante au sein du club bourguignon. Tombé face à Angers le week-end dernier en ouverture (0-1), il pointe à zéro point et un but en deux journées. La saison sera longue, mais on sent que Dijon va se battre toute l’année pour le maintien.

    Au Groupama Stadium, les Dijonnais ont eu le mérite d’ouvrir le score sur un de leurs deux tirs cadrés de la soirée. Mais, globalement, ils ont beaucoup trop subi. Ils se sont contentés d’attendre dans leur camp, laissant Léo Dubois et Maxwel Cornet évoluer en tant qu’ailiers, et de dégager une fois le ballon récupéré. La stratégie a ses limites. Les entrées des recrues Jonathan Panzo, fautif sur le second penalty, et d’Anibal Chala n’ont pas changé grand-chose. D’autres renforts, d’expérience si possible, seraient les bienvenus. D’ici là, la trêve internationale fera déjà du bien.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here