Mordu par une araignée exotique dans son sommeil, il frôle l’amputation du bras

0
21

Patrice Genet ne pensait pas qu’une morsure d’araignée, une recluse brune, pouvait transformer son quotidien en cauchemar.

Ce Lorrain, habitant de Saint-Nicolas de Port (Meurthe-et-Moselle) dans l’est de la France près de Nancy, affirme avoir été mordu par une araignée exotique dans son sommeil dans la nuit du 1er au 2 juin 2020. 

Cet homme de 60 ans, agent communal, a multiplié les rendez-vous médicaux ces dernières semaines. Dès son réveil, la « douleur était insoutenable », explique-t-il à Lorraine Actu, ce jeudi 3 septembre 2020.

« Je me suis levé avec une sorte de piqûre sur le bras gauche. Ma main a continué à gonfler tout au long de la journée », se souvient ce Lorrain qui n’avait jamais connu ça. 

Mais deux jours après sa morsure, la situation de son bras gauche s’aggrave. Il décide de se rendre à l’hôpital de Lunéville qui trouve là une situation de plus en plus inquiétante. « On m’a dit qu’on ne pouvait pas m’opérer mais que c’était très grave », confie-t-il. Il va être transféré en urgence vers un autre établissement. 

Il est pris en charge par les pompiers et amené vers la clinique Emile Gallé à Nancy, spécialisée dans la chirurgie de la main. Là, un jeune chirurgien de 35 ans est formel : il faut opérer en urgence. « On m’a dit qu’il me restait 48 heures avant d’être amputé », se souvient Patrice Genet. 

Il fait l’objet d’une première opération mais cela ne suffit pas. Trois vont s’enchaîner et le sexagénaire va rester hospitalisé un mois. Et sans visites de ses proches. « A cause du Covid-19, les visites sont interdites », rappelle-t-il. 

Les médecins ont décidé d’aller plus loin lors de ces opérations. Il fallait absolument greffer de la peau sur sa main gauche. « L’état de ma main s’est beaucoup détérioré », explique Patrice. 

On m’a prélevé de la peau sur le ventre pour ma main. Des chairs et des peaux ont été extraites sur l’abdomen. Pour que ça soit un succès, on a attaché ma main à mon ventre sur plusieurs jours. Encore aujourd’hui, c’est difficile. La clinique m’a programmé une nouvelle opération en janvier-février. 

Sa main a retrouvé une motricité ces derniers jours. « Le chirurgien m’a dit qu’il fallait que je fasse travailler ma main et mes doigts sinon c’était fini ». Un crève-cœur pour cet agent d’entretien hyperactif qui s’occupe des espaces verts dans une commune voisine. 

Le sexagénaire n’a jamais vu l’araignée responsable de son calvaire. « Je ne l’ai pas retrouvée dans la maison. Ma femme a tout fouillé et a mis de l’insecticide ». 

Les médecins eux sont formels : il s’agit d’une araignée exotique. Les prélèvements réalisés sur le patient permettent de relier les symptômes à cette morsure. « J’avais une baisse importante de globules blancs et rouges ou encore de potassium ». 

Les prélèvements n’ont pas permis de retrouver de venin dans son corps, selon lui. Le corps médical a expliqué à Patrice Genet que cette petite bête « d’un centimètre et demi » attaque aussi le foi et le système nerveux. « Si elle m’avait piqué au visage, je ne serais peut être plus là… »

Deux mois après, il se porte mieux et tente de garder le sourire. « On a eu très peur avec ma femme mais finalement je m’en sors bien », dit-il. Il sait qu’il a encore plusieurs semaines de traitement médical et d’opérations devant lui. « On va faire plus attention, on s’est équipé d’insecticides ! »

© 2020 actu.fr, détenu et coexploité par
Publihebdos
et ses filiales.Hébergement dédié : Group DIS

Digital Ad Trust

ACPM



SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Laisser un commentaire

Votre point de vue compte, donnez votre avis

Téléchargez notre application Android




LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here