National : le SC Bastia ne va pas à Paris pour faire du tourisme

    0
    28

    Il faut user les poncifs sportifs ! Donc pas de tour de chauffe, pas de fameux round d’observation, le Sporting entame sa saison de National avec un des gros clients de ce championnat, le Red Star, quatrième de l’exercice précédent.

    Les Bastiais ont de l’ambition – ils ne sont pas les seuls – et, bien conscients de la difficulté de leur dur calendrier en août et septembre, ils ne vont certainement pas jouer les agneaux sacrificiels sur la pelouse (synthétique attention) du stade Bauer. En conférence de presse, vendredi, Mathieu Chabert assurait qu’il avait déjà son équipe en tête ! Heureux homme ! Parce qu’il est vrai que le bouillant entraîneur possède une foule de solutions (il récupère Santelli mais voyage sans Ben Saada et Mesbah). En défense centrale, il sait pouvoir s’appuyer sur Bocognano, Le Cardinal, comme l’an passé, mais aussi, désormais, sur Guidi, le jeune Roncaglia, sans oublier l’inoxydable Guibert. Mais ce dernier, on l’a vu face à Montpellier, peut aussi évoluer devant la défense et donner libre cours à son envie de casser les lignes. Au milieu d’ailleurs, Chabert a le choix : Salles-Lamonge, Vincent, Ducroq (intéressant pour accélérer le jeu) mais aussi Quemper, Schur, Kerbache, en attendant que reviennent Moretti et Diongue… Et devant, avec Da Silva, Santelli et Robic, le Sporting semble armé.

    Quoique. C’est là que les observateurs attendent le onze turchinu : dans l’efficacité offensive. Toujours en conférence de presse, le coach a martelé son mantra : « Oui, je préfère avoir huit joueurs qui marquent deux buts, qu’un seul avant-centre qui marque 16 buts. Cela nous rend moins dépendants. » Les résultats de la saison dernière lui donnent largement raison. Mais Mathieu Chabert en dit plus long sur sa philosophie quand il évoque « le football d’aujourd’hui, celui du Bayern, à savoir récupérer des ballons, être très solides défensivement et rapides dans les transitions. » Cela rejoint sa volonté de ne pas se focaliser sur le ou les buteurs.

    Enfin, question tactique, après les deux matches de Montpellier puis du GFCA, le Sporting semblait opter pour quatre défenseurs avec deux latéraux, Quemper, c’est sûr ce soir mais à droite ? L’infatigable Schur ?

    Les Bastiais ont l’avantage de connaître les résultats de leurs adversaires. Avec un Stade Lavallois qui a déjà posé ses marques à l’extérieur (victoire 1-0) et Boulogne, premier adversaire à Furiani, qui s’est imposé à Quevilly… Pour mémoire, lorsque le Red Star avait fini premier de National, il comptait 15 victoires et six défaites. L’année suivante, le champion, Rodez, affichait 23 victoires et quatre défaites. Cette année, Pau a accédé avec 13 victoires et six défaites, tandis que Dunkerque était à 14 victoires mais six défaites. L’entraîneur bastiais, habitué du National, a ses statistiques dans un coin de sa tête. Reste l’inconnue : après cinq mois et demi sans compétition, comme va se gérer le premier quart d’heure ? Les organismes tiendront-ils le choc ? Réponse peu après 22 h 30.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here