Objectifs CO2 renforcés, obligations vertes, LGBT… les priorités d’Ursula von der Leyen pour l’UE

0
2

La présidente de la Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen, a prononcé mercredi 16 septembre son premier discours sur l’état de l’Union, annonçant notamment qu’elle priorisait un renforcement des objectifs écologiques de l’UE. Voici les principaux points de son discours devant le Parlement européen, à Bruxelles.

Ursula von der Leyen propose de viser une réduction d’au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE en 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif actuellement fixé à -40 %, afin de parvenir à l’objectif de la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir, elle entend mettre l’accent sur le développement des énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique :« Atteindre ce nouvel objectif va réduire notre dépendance aux importations d’énergie, créer des millions d’emplois supplémentaires et réduira de plus de moitié la pollution de l’air. »

Ce relèvement, qui aurait d’importantes conséquences pour les secteurs de l’énergie, des transports ou de l’agriculture, « est trop important pour certains et insuffisant pour d’autres. Mais […] notre économie et notre industrie peuvent y faire face », assure-t-elle.

Alors que l’Europe sort affaiblie de la pandémie de Covid-19, Ursula von der Leyen propose de « construire une Union européenne de la santé » et de lancer une agence publique de recherche. Son objectif ? « Soutenir notre capacité et notre préparation pour répondre aux urgences et menaces transfrontalières », précise-t-elle.

La présidente de la Commission européenne insiste également sur le besoin de l’UE de mettre en place des stocks de produits pharmaceutiques.

Pour pouvoir suivre les avancées et les leçons de la crise sanitaire, un sommet mondial de la Santé sera convoqué en Italie l’an prochain.

Le plan de relance européen post-Covid de 750 milliards d’euros, sur lequel les Etats membres s’étaient entendus en juillet, sera financé à 30 % par des obligations vertes, annonce Ursula von der Leyen :

En parallèle, l’Union européenne compte investir dans de grands projets européens qui « ont le plus fort impact », notamment ceux liés à l’hydrogène, la rénovation énergétique et aux bornes de recharge électrique. « Nos bâtiments génèrent 40 % de nos émissions. Ils doivent gaspiller moins, être moins cher et plus durable », assure Ursula Von der Leyen.

Ursula von der Leyen annonce qu’elle va présenter « un plan d’action » contre le racisme et les « crimes et les discours de haine, qu’ils se fondent sur la race, la religion, le genre ou la sexualité » :

La chef de l’exécutif européen propose notamment de flécher une partie du budget pour combattre les discriminations « dans les domaines de l’emploi, du logement et de la santé ». Un coordinateur antiracisme de la Commission va être nommé pour la première fois pour veiller à ce que ces questions demeurent une priorité pour l’UE.

« Le progrès dans le combat contre le racisme et la haine est fragile. Il est difficilement gagné mais très facilement perdu. Maintenant, c’est le moment d’apporter un changement », indique-t-elle.

Les « zones sans LGBTQ » décrétées dans un certain nombre de villes polonaises sont des « zones sans humanité » qui « n’ont pas leur place » dans l’UE, déclare Ursula von der Leyen, qui propose également de renforcer les droits des couples homoparentaux dans l’Union.

Ursula von der Leyen met en garde la Turquie contre toute tentative d’« intimidation » de ses voisins dans le conflit gazier qui l’oppose à la Grèce en Méditerranée orientale.

La présidente de la Commission souhaite également transmettre un message à la Grèce et à Chypre, en soulignant que l’UE garantira « la protection de leurs droits souverains légitimes ».

Ursula von der Leyen appelle « tous les Etats membres de l’UE » à « intensifier leurs efforts » sur la question migratoire, ajoutant que l’ensemble de Europe « doit faire sa part » et « agir dans l’unité » face aux réfugiés du camp grec dévasté de Moria.

« Sauver des vies en mer n’est pas optionnel. Et les pays qui remplissent leur devoir légal et moral ou sont plus exposés que d’autres doivent être capables de compter sur la solidarité de l’ensemble de l’UE », insiste Ursula von der Leyen.

Ursula von der Leyen avertit enfin que l’accord scellant le départ du Royaume-Uni de l’UE, signé en janvier, ne pourra pas être modifié unilatéralement :

Ces déclarations font suite au projet de loi du Royaume-Uni revenant en partie sur les engagements pris dans l’accord sur le Brexit, en particulier en ce qui concerne le protocole destiné à éviter le retour d’une frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord.

pas sûr que des propositions de la présidente de la Commission européenne soient entendues par plusieurs pays de l’Europe de l’Est. Seule la contrainte exercée par leurs partenaires pourra faire évoluer les choses. Encore faudrait – il que cela se traduise par des mesures concrètes qui, à ce jour, sont plutôt envisagées que mises en œuvre.

L’Allemagne ne va pas utiliser le charbon jusqu’en 2038 ? 55 % de réduction de CO2 en 2030, ça sera donc -99% pour ses voisins (le projet est “UE” donc à 27, c’est pas détaillé pays par pays). Ça serait intéressant d’avoir la contribution CO2 par pays, avec l’hydrogène remplaçant le pétrole on va devoir construire quelques EPR !


SOURCE: https://www.w24news.com

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

Votre point de vue compte, donnez votre avis

Téléchargez notre application Android