Rentrée scolaire: la «positive attitude» de Jean-Michel Blanquer

    0
    19

    Positiver. C’est ce que le ministre de l’Éducation nationale s’est employé à faire pendant une heure et demie mercredi lors de sa conférence de presse de rentrée. Tous les élèves rentreront bien le 1er septembre. «Je note que c’est l’attente des parents d’élèves et de la société», s’est-il félicité, en renvoyant à un sondage paru dimanche dans le JDD, où près de 80% des familles s’y déclaraient favorables. À l’entendre, tout est prêt pour cette année scolaire qui risque fort d’être entrecoupée d’épisodes localisés de fermetures d’écoles liées au Covid. Aucune inquiétude à avoir: notre protocole sanitaire est l’un des «plus stricts» qui soit, assure-t-il. Même le confinement se serait mieux passé qu’ailleurs, avec des parents qui seraient globalement satisfaits du travail scolaire pendant cette période. Quant au taux d’élèves décrocheurs, il serait l’un des plus faibles d’Europe…

    Alors que les syndicats enseignants dénoncent depuis une semaine un protocole sanitaire à leurs yeux obsolète vu l’évolution de l’épidémie de Covid, le ministre a confirmé le maintien de son texte rédigé le 20 juillet. Avec une petite modification: le masque sera obligatoire pour l’ensemble des professeurs, alors qu’une exception était jusqu’alors envisagée pour les enseignants de maternelle. Du côté des élèves, pas de changement: ce masque sera obligatoire en cours et dans les espaces clos pour les collégiens et les lycéens.

    » À voir aussi – Rentrée: tous les adultes en école porteront un masque, sans exception, prévient Blanquer

    En cas de circulation active du virus, des «adaptations» seront décidées. Elles pourront aller de la mise en place d’un enseignement mixte (sur place et à distance) à la fermeture d’écoles. Ces retours possibles de «l’école à la maison» risquent fort de ne pas enchanter les parents.

    Mais pour le moment, «au 1er septembre, ce n’est pas d’actualité», insiste le ministre. Paris et sa petite couronne ainsi que les Bouches-du-Rhône sont pourtant déjà classées en «zone rouge». Le virus y circulant activement, ces territoires semblent remplir les conditions d’un durcissement du protocole. Mais visiblement pas tout de suite pour le gouvernement. La rentrée doit se faire. Et pour tous.

    Jean-Michel Blanquer a aussi évoqué la revalorisation du métier d’enseignant. En cette rentrée pas comme les autres, une bonne dose de câlinothérapie s’imposait. La prime aux directeurs d’école, annoncée en juillet, est confirmée. Ces personnels placés en première ligne lors du confinement et de la réouverture des écoles, recevront d’ici à la fin de l’année une indemnité exceptionnelle de 450 euros. Confirmée, également, la revalorisation annoncée en décembre, au moment des grèves. «400 millions d’euros pour améliorer la rémunération des professeurs» seront débloqués «dès 2021».

    » À voir aussi – Covid-19: «Une indemnité exceptionnelle de 450 euros» sera versée aux directeurs d’école fin 2020, annonce Blanquer

    En trois ans passés Rue de Grenelle – une belle longévité -, Jean-Michel Blanquer a signé une loi sur l’école, mis en œuvre la promesse présidentielle phare de dédoublement des classes en CP et CE1, et écrit une réforme du lycée qui aboutira, en 2021, à un baccalauréat d’un nouveau genre. Cette rentrée n’est donc pas placée sous le signe du bouleversement pédagogique. Encore que. Le ministre maintient le cap sur les «fondamentaux», le «lire, écrire, compter».

    Dans sa circulaire de rentrée, rédigée cet été, il mettait l’accent sur les mathématiques et le français. Mercredi, il a annoncé le lancement d’une «expérimentation» sur «les méthodes de lecture en CP». Quelque 500 classes de 10 départements seront concernées. Dès son arrivée, Jean-Michel Blanquer avait œuvré pour un apprentissage «phonologique et syllabique» de la lecture, en recommandant des méthodes et des manuels de référence aux enseignants. Lesquels avaient dénoncé une atteinte à leur «liberté pédagogique». Lors de sa conférence de presse, il a insisté mercredi sur la grammaire, «un mot qui ne doit pas nous faire peur», en renvoyant au «premier tome» d’un ouvrage de référence, publié en juillet. Le ton est donné.

    » À voir aussi – Rentrée: «les évaluations de début d’année» pour les enfants en 6ème seront «musclées», selon Blanquer

    Rentrée: «les évaluations de début d’année» pour les enfants en 6ème seront «musclées», selon Blanquer – Regarder sur Figaro Live

    Eu égard aux centaines de postes de professeurs de maths supprimés à la rentrée, cet ancien directeur d’une école de commerce néo libérale (pléonasme)peut afficher une « positive attitude ».Par contre dans quelques années, en plus de ne plus avoir de médecins, vous n’aurez plus de chercheurs, d’ingénieurs, de techniciens qualifiés. La transformation de notre pays en ramassis d’incultes tout juste bons à accueillir les touristes sera achevée.

    Contrairement à ce qui est écrit dans l’article, le dédoublement des classes de CE1 a été annulé pour cette rentrée et on n’en parle plus pour les CP. Cela a valu une fermeture de classe à notre école parisienne et les classes seront pleines comme des oeufs.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here