Sérail : l’armée aux côtés du prochain homme fort du Cameroun voici les details

    0
    36

    Les remaniements constatés au sein de l’armée camerounaise il y a quelques jours auraient pour seul objectif de renforcer la protection de Franck Biya qui se dégage comme le prochain homme fort du Cameroun. En effet dans un décret attribué au président de la République qui ne donne plus des signes de vie depuis quelques jours, Paul Biya a remplacé les éléments de sa garde présidentielle.

    « Franck Biya actuellement protégé par l´armée. Ils veulent prendre le pouvoir par la force !! Voilà les raisons des multiples nominations hier et les changements à la tête de la légion de gendamerie. Tous les colonels ont été remplacés, y compris la garde présidentielle ! », révèle Martin Tajo.

    Martin Tajo Officiel @MartinTajo_

    FRANCK BIYA ACTUELLEMENT PROTÉGÉ PAR L´ARMÉE. ILS VEULENT PRENDRE LE POUVOIR PAR LA FORCE !!

    VOILÀ LES RAISONS DES MULTIPLES NOMINATIONS HIER ET LES CHANGEMENTS À LA TÊTE DE LA LÉGION DE GENDAMERIE. TOUS LES COLONELS ONT ÉTÉ REMPLACÉS, Y COMPRIS LA GARDE PRÉSIDENTIELLE!

    L’acteur de la société civile appelle l’armée à rester républicaine.
    « En cette période où le climat politique est très tendu au Cameroun, l´armée camerounaise doit se ranger du côté du peuple qui est le seul souverain et ne pas laisser les conspirationnistes parachuter un individu au pouvoir. Notre constitution doit être respectée dans son Art. 6(4) » a twitté Martin Tajo.

    Le pouvoir de père en fils
    La rumeur devient persistante. Le Cameroun serait depuis plusieurs jours sans président de la République et des spéculations vont bon train sur l’identité de l’homme qui remplacerait Paul Biya. Selon plusieurs sources crédibles, Franck Biya , le fils aîné de l’actuel chef de l’Etat du Cameroun se prépare à remplacer son père.

    Personne ne sait réellement si Paul Biya est vivant ou mort. Même s’il prend des décrets et d’autres importantes décisions, plusieurs sources à la présidence confirment son évacuation sanitaire en Suisse. La rumeur de la disparition de Paul Biya remet au gout du jour le débat de la succession de l’homme qui a dirigé le Cameroun depuis 1982.

    Franck Biya un homme nouveau
    Franck Biya est homme discret. Le fils du président de la République fuit les médias. Il n’a jamais exprimé sa passion pour la politique. En effet contrairement à la pratique en Afrique centrale, Franck Biya ne s’est pas inscrit à l’école de la politique comme les autres fils de président comme au Gabon, en Guinée équatoriale ou encore au Congo. Il n’occupe aucun poste ni dans le bureau du RDPC, ni dans le gouvernement de son père encore moins au parlement.
    Pour des observateurs avisés de la scène politique camerounais, le fils du président de la République ne serait pas intéressé par le pouvoir.
    « Si Franck Biya était intéressé par le pouvoir suprême, il ne serait pas en train de vivre très loin du pouvoir. Il serait à l’école du pouvoir, comme les autres fils de chefs d’Etat, qui occupent des postes clés », avait confié le journaliste et écrivain Magnus Biaga Chienku, au journal La Tribune Afrique.

    Franck Biya, s’il décide de briguer la magistrature suprême au Cameroun ne serait donc pas comptables de la longue gestion du pouvoir de son paternel. C’est peut-être la raison pour laquelle il toujours évité d’être sous le feu des projecteurs.

    Un homme de réseaux
    Si Franck Biya n’a pas une expérience politique avérée, il peut cependant compter sur ses réseaux professionnels forgés au fil des ans. En effet après ses études universitaires, Franck Oliver Biya s’est lancé dans les affaires. Il a investi dans différents secteurs et est à la tête des entreprises Afrione Cameroun et de SFA Ingénierie.

    Franck a toute la confiance de son père et il a l’habitude de conseiller ce dernier. Il interviendrait également dans la nomination de certains ministres et directeurs généraux au Cameroun.
    « Il est important de noter qu’en affaires, il agit ici avec beaucoup de discrétion. Dans ce domaine, il a une force de frappe non-négligeable puisqu’il conseille son père, fait nommer des ministres, directeurs généraux… Et dans ces positionnements, il tire beaucoup de bénéfices, dans une discrétion légendaire », précise Magnus Biaga.

    Même s’il n’a pas eu à exercer le pouvoir avec son père, il héritera des ennemis politiques de ce dernier et devra affronter au sein du RDPC les cadres ambitieux qui rêvent depuis un bon moment de succéder au vieux Paul Biya.


    SOURCE: https://www.w24news.com/serail-larmee-aux-cotes-du-prochain-homme-fort-du-cameroun-voici-les-details/?remotepost=141923

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    [gs-fb-comments]

    [comment-form]

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]