Vitre cassée de l’Ambassade en Belgique: Marcel Tchangue va répondre de ses actes

    1
    15

    Mardi 12 mai 2020, à 9 heures, au Palais de justice de Bruxelles, Marcel Tchangue répondra de son implication présumée dans la dégradation des locaux de la représentation diplomatique du pays du président Paul Biya.

    Le 26 janvier 2019, les ambassades du Cameroun de Berlin, Paris et Bruxelles, étaient pris d’assauts par des activistes du triangle national, « armés de divers objets » sous pré- texte de la « Marche de la colère ». A Bruxelles, le groupe a fracturé une vitre de la porte d’entrer de l’Ambassade du Cameroun. « Une vingtaine de personnes ont manifesté devant l’ambassade du Cameroun à Bruxelles, certaines jetant des œufs sur la façade », avait alors expliqué Kathleen Calie, la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Midi, précisant par ailleurs : « La vitre de la porte d’entrée de l’Ambassade a été brisée, mais personne n’est rentrée ».

    Le service de communication de l’Ambassade du Cameroun à Bruxelles avouait :« l’ambassade a bien fait l’objet d’une attaque par quelques individus samedi dernier(26 janvier 2019 ndlr) », ajoutant : « Les manifestants n’ont cependant pas réussi à pénétrer dans le bâtiment ». Certes ! Mais ça fait un peu désordre. « Destruction de biens immobiliers ». Imagine-t-on pas les représentations diplomatiques des Etats-Unis, de la Russie, la Chine, de France ou encore du Tchad, Sénégal, Ghana, d’Ethiopie…, être la cible des vendales, impunément ? L’Ambassadeur du Cameroun en Belgique, son Excellence Daniel Evina Abe’e, a donc logiquement porté plainte auprès du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles. D’autant plus que le concierge de l’Ambassade affirme avoir reconnu un des assaillants présumés, le seul présent à visage découvert sur le trottoir d’en face. Il s’agirait de M. Tchangue Marcel. Seulement, il semblerait que M. Tchangue ne manifestait pas ce fameux 26 janvier 2019, c’est d’ailleurs ce qui expliquerait qu’il n’ait pas jugé utile de dissimuler son visage. Il était simple spectateur des faits. Quoiqu’il en soit, la mise en accusation lui a été signifiée le 10 février 2020.

    L’enquête de la police s’était intéressée à une quinzaine de suspects avant de retenir deux principaux accusés: Tchangue Marcel et Djakam Bouende Carlos. Lors de leurs auditions à la police, nombre des activistes semblent justifier leur colère, qui a conduit à la fracture de la vitre de l’Ambassade du Cameroun en Belgique, par la disproportion dans la répression des « Marches Blanches » du 26 janvier 2019 par la police camerounaise.

    Le gouvernement camerounais avait alors attribué ces actes de vandalisme aux leaders et sympathisants du MRC, obligeant les avocats du Président du MRC, Maurice Kamto, à déposer une plainte contre René Sadi, le ministre de la Communication, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, le 18 avril dernier, pour diffamation.


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    1 COMMENT

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here