Voici pourquoi Nous devons la paix, la stabilité à Paul Biya’ – Olivier Mangan

    0
    11

    Le patron du Cabinet Asc (African strategie Corporation) prend position après les dernières consultations électorales.

    Malgré des appels au boycott, les électeurs Camerounais, certes en nombre inférieur à celui de la présidentielle, se sont tout de même exprimés le 09 février dernier. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

    Merci de m’ouvrir les colonnes de votre prestigieux espace de communication. Je pense qu’il ne faut jamais s’éloigner des consultations électorales et des logiques qui les inspirent. Il m’a semblé que les Camerounais ont bien compris que l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 est le moment le plus important dans la détermination des années qui devaient suivre, et l’ont fait savoir, en votant pour le connu et pour une stabilité devenue plus que jamais précieuse.

    Pour vous qui n’avez de cesse de soutenir le président de la République et, qui, de plus, prétend comprendre de temps en temps son mode de fonctionnement, ne vous sentez vous pas, pour une fois, dans l’erreur ? L’horloge ne tourne-t-elle pas progressivement le dos à votre leader ?

    Le président de la République Paul Biya ne doit pas sa magistrature suprême à la maîtrise des algorithmes et de je ne sais quels autres calculs. Il ne doit pas davantage son parcours à un tapis de cadavres sur lesquels il aurait marché, comme certains le font de nos jours, toute indécence bue. Je ne partage donc pas la thèse de l’erreur. D’autant moins que les Camerounais lui ont abondamment renouvelé leur confiance le 07 octobre 2018. L’erreur serait du côté de ceux qui avaient pensé l’inverse.

    Vous ne vous voyez pas perdant dans tout ça malgré votre soutien constant ?

    Est-ce que je gagne pour autant quelque chose à titre personnel ? Je dirai tout simplement à ce sujet que la citoyenneté, le patriotisme et la conviction ne s’échangent pas sur un comptoir. Et c’est tant mieux.

    Revenons aux dernières élections, au cours desquelles certains militants, présumés sérieux et responsables, ont rivalisé d’« imagination » dans les coupes du pagne du Rdpc. Serait-ce là le sésame pour garder leurs fonctions ?

    Merci de partager ma peine devant un spectacle aussi dégradant. Jusqu’à cette campagne, j’avais la naïveté de croire que ces derniers connaissaient au minimum l’une des facettes du mode opératoire du président de la République. Ils m’ont donné tort. Paul Biya est un homme sérieux et digne de confiance. Jamais dans sa trajectoire, il ne s’est appuyé sur le registre de la bouffonnerie, du grio-tisme, de la flagornerie et de toutes les autres ressources de la facilité pour s’agripper à la direction des affaires du pays. Paul Biya est un homme d’Etat révélé et sa hiérarchie de l’époque pour toutes ces qualités lui fit confiance. Il n’avait jamais porté de gandoura comme se fut la mode à cette époque et c’est lui qui fût choisi.

    Monsieur Mangan, tous ceux que vous critiquez publiquement sont pourtant vos amis ou vos fréquentations. Pourquoi ne pas leur prodiguer des conseils dans des cercles plus indiqués ?

    J’ai beaucoup d’affection et de respect pour mes amis et connaissances que j’assume au passage. Mais encore faut-il que je sois consulté ou qu’un conseil soit sollicité…

    Après son appel au boycott, le leader du Mrc s’est envolé pour l’Occident où il a répété le message déjà connu. Quel est votre point de vue sur cette démarche ?

    La posture et la démarche du leader auquel vous faites allusion me confinent à m’interroger chaque jour en termes angoissants, sur l’après Paul Biya. J’ai du mal à percevoir le supplément d’imagination requis pour battre démocratiquement Paul Biya en ce moment. A chacun de juger de notre progrès ou de notre recul.

    Un nouveau venu dans le wagon des soutiens à Paul Biya clame dans les médias du haut de sa position de ministre Délégué, qu’il doit sa position à l’appui apporté au Président en fonction. Nous sommes pris de court et nous demandons comment vous avez pu être supplanté par cet opposant d’un moment ?

    Ma modeste personne, après l’évocation de ce que je gagnerais, ainsi que d’autres retombées éventuelles auxquelles vous vous plaisez à faire allusion ne peuvent être l’objet d’une interview. Je continue de creuser le sillon du soutien et de la fidélité à un homme d’Etat qui s’est imposé à ma génération.

    Monsieur Mangan, vous êtes sans doute une curiosité de ce régime, vous continuez à y croire après tant d’années ?

    Le président Paul Biya ne me doit rien. Il n’y a personne d’autre. Mais, il a tout donné au Cameroun. Nous lui devons la paix, la stabilité, n’en déplaise aux détracteurs. Et de ce point de vue, c’est un grand gain personnel.


    SOURCE : https://www.w24news.com/voici-pourquoi-nous-devons-la-paix-la-stabilite-a-paul-biya-olivier-mangan/?remotepost=66845

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here