World News – FR – The Mandalorian season 2: Star Wars sauveur ou Disney bad trip?

0
16

La première saison de The Mandalorian a accompagné l’atterrissage de Disney et a fait sensation dans la galaxie Star Wars Un an plus tard, lorsque la deuxième pointe et la pointe de son blaster, que reste-t-il?

Alors que sur grand écran, The Rise of Skywalker symbolisait la sortie de beaucoup de Lucas Film de la route sous l’égide de Disney, la série réalisée par Jon Favreau a su créer la surprise à la fois par son orientation et ses découvertes technologiques (racontées dans un making of intéressant), elle a attiré l’attention et la bienveillance que la franchise n’avait pas connue depuis trop longtemps

Fruit d’un savoir-faire promotionnel impressionnant, la sortie de The Mandalorian n’a pourtant pas fait l’unanimité, car certains y ont vu une variation désincarnée, pensée uniquement pour réchauffer le portefeuille des fans, mais sans jamais risquer de créer quoi que ce soit. cette nouvelle aventure est-elle plus qu’un exploit marketing?

Les héros anonymes, aux visages cachés, aux chaînes ou à peine discernables, n’ont pas été inventés par Jon Favreau et Disney sur The Mandalorian, loin de là. À y regarder de plus près, il y en a même un certain nombre De V pour Vendetta à Judge Dredd, ils ont cinéphilie contemporaine parsemée Et bien avant, des yeux sans visage à l’homme invisible, le protagoniste masqué a peuplé notre imagination

Cependant, on ne peut pas dire qu’il s’agit d’un geste cinématographique récurrent, et pour cause: malgré sa dimension iconique, immédiatement identifiable, il viole potentiellement l’une des règles d’or de la fiction audiovisuelle, à savoir l’identification à un héros ou à une héroïne, via l’incarnation offerte par un acteur ou une actrice Un concept d’autant plus risqué dans un système hollywoodien qui privilégie les franchises et donc la mise en lumière des stars

Par conséquent, il est extrêmement agréable de voir la série assumer la dimension silencieuse et presque anonyme de son héros Certes, on sent toujours dans cette première saison que la mise en scène est régulièrement trop timide pour profiter pleinement du grand design du personnage Mais l’intention est là, et elle est là, avec des résultats souvent impressionnants

Enfin, il y a quelque chose d’assez passionnant, car dans Star Wars, le masque est toujours symboliquement l’apanage de Dark Vador Une façon de repenser ce symbole et la façon de le confronter au récit, que nous espérons que la saison 2 prendra profiter pleinement de

Pour les chaînes telles que les plateformes, la durée des épisodes en série est un enjeu majeur En effet, que ce soit pour bourrer un produit de publicités ou pour s’assurer que les abonnés passent le plus de temps possible sur une plateforme donnée (ainsi son écosystème et son matériel promotionnel), la tentation est grande d’élargir le récit, de prendre son temps et d’étirer la longueur de chaque segment parfois au-delà de ce que l’intrigue et ses développements exigent

Mais The Mandalorian contraste fortement avec cette tendance souvent maladroite et opte non seulement pour des chapitres plus courts que la moyenne (le plus long dure 38 minutes), mais n’hésite pas à resserrer le format si nécessaire (le plus court ne dure que 29 minutes) La conséquence se ressent évidemment dans le rythme de l’ensemble, qui ne perd jamais son temps et ne se perd pas dans les répétitions, mais permet surtout à la série de renouer avec une tradition plus ancienne

En effet, on retrouve ici l’âme du feuilleton, des aventures d’antan, entre radio-fiction et productions qui ont fait la gloire de la télévision américaine dans les années 60 On pense souvent à la série Rawhide, qui a fait connaître Clint Eastwood, comme le scénario aime feuilleter avec aisance et fluidité Ce goût de la simplicité et de l’efficacité offre donc à l’ensemble une forme d’innocence, de fraîcheur, à laquelle on ne s’attendait pas

Le choix de Jon Favreau comme showrunner est tout sauf trivial. Technicien accompli, brillant gestionnaire de site avant d’être auteur (même si ce dernier a rappelé récemment avec #Chef, qu’il avait un univers bien à lui), il avait une longue histoire de travailler avec le produit phare de Disney Il connaît les particularités de produire d’énormes superproductions technologiques, ayant réalisé entre autres Iron Man et The Jungle Book Il semblait donc idéal pour respecter un cahier des charges complexe, synonyme de contraintes, et très lourd en effets spéciaux

Et justement, ces derniers constituent d’un point de vue industriel le véritable atout de The Mandalorian, car ils ont projeté une technologie, pas nouvelle mais à ses balbutiements, à la pointe des innovations techniques hollywoodiennes plutôt que de construire des décors massifs, de tourner sur un écran vert ou en déplaçant une grande équipe dans des décors naturels, la production a utilisé des écrans gigantesques, sur lesquels la quasi-totalité du décor est projetée, avec un niveau de définition sans précédent

Révolution pour les acteurs d’un point de vue immersif, potentiel de création illimité et surtout, rendu proche de la perfection: cette technique a permis à la série de multiplier les décors à moindre coût et de s’offrir un rendu de space opéra franchement inattendu

Il reste à voir comment cette pratique révolutionnera ou non les usages, les techniques et l’art, à Hollywood; mais c’est, pour les amateurs d’effets spéciaux, une des raisons de suivre les développements de la série

Attention cependant, on peut aussi se demander si cette expérience n’est pas responsable de la mise en scène, souvent timide, voire un peu lente, de l’ensemble Certes, Favreau n’a jamais été un cinéaste de grande vitesse, mais les épisodes ont notamment été réalisés par Rick Famuyiwa, Deborah Chow, Dave Filoni et Taika Waititi, qui se sont déjà révélés plus inventifs et généreux

On imagine que le déploiement technique permettant la projection de décors virtuels complexes en studio, directement filmables, n’est pas compatible avec une caméra extrêmement libre ou toute forme d’improvisation Reste à voir quelles peuvent être les utilisations les plus pertinentes de dans les années à venir, et surtout dans la prochaine saison 2

Oubliez les orchestres hollywoodiens de John Williams, les envolées instrumentales, les mélodies à succès en pur support de l’action et de l’émotion Oubliez aussi le recyclage intempestif des thèmes cultes de la saga, qui émergeaient à chaque épisode du cinéma pour frapper un accord avec les fans La Mandalorienne a pris une autre direction, et son nom est Ludwig Göransson

Connu pour la musique de Black Panther (Oscar à la clé), Creed, Venom ou encore Tenet, le compositeur a certes repris certains codes inhérents à un tel blockbuster Mais il a aussi et surtout apporté des sons inattendus, étranges et bienvenues depuis Jon Favreau a cité les films de samouraïs et les westerns comme des inspirations, Göransson a été attiré par ce côté,

Il a expliqué son approche d’Insider, au moment de la saison 1: « Je voulais retrouver le sentiment que j’avais en tant qu’enfant quand j’ai vu Star Wars pour la première fois Et je pense que le seul moyen d’y revenir était de s’éloigner des ordinateurs, et de remplir mon studio de vrais instruments comme des guitares, des pianos, des tambours, des synthés des années 70 et des instruments que je pouvais toucher « 

Ce qui a donné quelque chose de grand, car inattendu: la sensation d’entendre quelque chose de beau et de nouveau dans la galaxie Star Wars Le thème du mandalorien, a priori simple avec sa flûte et sa batterie, est difficile à oublier, tant ça résonne comme une mélodie d’aventure d’un genre nouveau dans les stars de George Lucas

L’une des grandes réussites de la série restera son casting, improbable mélange de vieux visages adorés par les cinéphiles, de calculs astucieux et de choix pertinents à commencer par celui du célèbre personnage masqué Mandalorien A, dont les traits n’apparaîtront que brièvement dans le dernier épisode de la première saison, a donné au studio beaucoup de latitude en termes de choix Celui de Pedro Pascal, vu dans Game of Thrones, Triple frontière et bientôt Wonder Woman 1984, n’était a priori pas évident pour porter une franchise comme Star Wars

C’est donc justement pour sa présence, ténébreuse mais toujours suave, alternativement douce et menaçante, qu’il a enfilé la défroque du chasseur de primes mandalorien Et c’est un pari gagnant, car le spectateur s’accroche à la moindre de ses répliques

Du côté des trognes, on assiste à une bande d’artistes plutôt rares à l’écran mais dont la présence impressionne toujours Rocky Carl Weathers est toujours un second couteau appréciable, ici impeccable comme un vieux chef de mercenaires matou, avec la ruse d’un vieux matou aux griffes encore acérées Et que dire de Werner Herzog, qu’on aurait rêvé d’être plus présent, mais qui sait instantanément donner profondeur et ambiguïté à la plus petite de ses apparitions? Encore une fois, c’est un bonbon cinéphile qui témoigne du flair de Disney et Favreau

Enfin, les personnages féminins ne seront pas en reste, notamment grâce à Gina Carano, dont on oublie trop souvent qu’elle est bien plus qu’une artiste martiale accomplie (et si vous l’avez ignorée, le redoutable Trapped n’attend plus que vous) Avec l’arrivée de Rosario Dawson et Katee Sackhoff dans la saison 2, on peut parier que cette tendance ne fera qu’empirer

Sans aucun doute, la série de Jon Favreau s’impose comme un geste écologique majeur, car elle fait du recyclage son mantra absolu En l’état actuel, il est difficile de voir que cette histoire pourrait bien apporter quelque chose de nouveau à la saga Star Wars, car l’ensemble préfère le faire. multipliez les clins d’œil, jouez avec notre nostalgie et recréez des phases iconiques de la trilogie originale, plutôt que de travailler le cœur du canon

Mais il n’est pas interdit de considérer cela comme un choix éminemment raisonnable, voire agréable En effet, de nombreux spectateurs ont été désillusionnés ces dernières années en découvrant les épisodes 7, 8 et 9 En tant que tel, le rejet de The Last Jedi de Rian Johnson renseigne sur le refus d’une fraction des fans de voir la mythologie évoluer, et d’explorer de nouveaux territoires (on en parle en détail dans cette défense de The Last Jedi) The Rise of Skywalker, quant à lui, a montré que la logique industrielle du studio pouvait aussi contrevenir à la dimension créative de l’épopée, au point de l’égarer dans des rebondissements interminables et particulièrement frustrants

Par conséquent, trouver un univers ultra-référencé et référentiel de la première trilogie, respecté à la lettre, est peut-être l’orientation narrative et stylistique la plus soignée Et vu le succès de l’entreprise, qui parvient plus d’une fois à imiter l’ambiance de Star Wars de George Lucas, on se surprend à rêver que Disney les choisira comme terrain de jeu, plutôt que de chercher à renouveler la galaxie à tout prix

Les mondes imaginés dans A New Hope sont si riches, immenses et puissamment évocateurs, qu’ils pourraient constituer un bac à sable suffisamment dense pour nous offrir la seule chose que Disney pourrait faire: une récration anodine mais profondément agréable sur du côté de Star Wars Soyez une entreprise de modestie bienvenue

Cette orientation se retrouve aussi dans le choix de privilégier plus que le maquillage prothétique de compétition, mais aussi l’animatronique à l’ancienne Baby Yoda reste l’exemple le plus frappant, mêlant technique, nostalgie et esthétique De quoi donner du sens au personnage, qui ne passe pas seulement par son héritage mythologique, qui a alors la possibilité de s’incarner à travers une méthode de production

Le Mandalorien est l’histoire d’un dur à cuire et de son adorable bébé Yoda Mais ça aurait pu être un simple bébé, une femme, un chiot, une princesse ou une pute (chez Besson): le moteur aurait été le même C’est l’histoire aussi ancienne que le monde d’un guerrier solitaire au cœur de pierre, qui devient humain au contact d’un autre personnage, qui va progressivement révéler sa sensibilité, sa détermination, son courage et sa gentillesse Derrière l’armure, il y a un homme, bien sûr

Certes, les meilleures confitures sont faites dans de vieux bocaux, et cette formule a été mangée jusqu’à l’os pendant des décennies, de jusqu’à The Last of Us Mais les cordes sont si familières que la mécanique de The Mandalorian semble rapidement s’essouffler , et tourner inévitablement en rond trop souvent Le héros abandonnera-t-il le bébé? Parviendra-t-il à le sauver? Arrivera-t-il à temps pour le prochain danger? Va-t-il se résoudre à le laisser en sécurité derrière lui? La laissera-t-il jouer avec cette petite balle dans le cockpit? Va-t-il lui acheter de nouveaux vêtements pour dormir?

Revenir à moins de personnages et à des enjeux plus simples et plus modestes était certainement une bonne idée qui contraste avec la surenchère futile des films récents – la trilogie Disney Star Wars, Solo: A Star Wars Story, Rogue One: A L’histoire de Star Wars déborde de personnages sous-exploités Mais revenir à une recette aussi simple peut rapidement donner envie de bâiller

C’est l’épisode où le Mandalorien part à la recherche d’un gros œuf pour collecter des pièces, pour son bateau C’est l’épisode où le Mandalorien affronte des méchants dans une rue C’est l’épisode où le Mandalorien protège un petit village C’est le épisode où le Mandalorien a besoin d’argent pour réparer son vaisseau et accepte une mission de chasseur de primes C’est l’épisode où le Mandalorien accepte une mission dans une prison spatiale C’est l’épisode où

Le côté série amical de la série a ses avantages, mais cette approche semble parfois condamner la série à rester dans les petites aventures en chaîne – en particulier dans sa première moitié Certes, c’est une formule de série classique, avec un récit partagé entre global mythologie et petite aventure basée sur des épisodes, mais l’approche étonnamment simple, directe et rapide de The Mandalorian détruit systématiquement toute notion de dimension épique et spectaculaire

Le héros se retrouvera irréparablement confronté à une menace plus ou moins évidente, une mission à accomplir, un bibelot à trouver ou acheter, un endroit où partir, et se rebeller dans le prochain épisode En huit épisodes, The Mandalorian a déjà réussi répéter la recette, ce qui n’est pas forcément rassurant

Si le divertissement est généralement assuré, c’est avec un sentiment de petite routine, de petites parenthèses qui défilent doucement, jusqu’à la fin de la saison où les enjeux sont plus clairement esquissés Comme dans trop de séries, beaucoup de choses semblent être allongé sans raison réelle, et l’histoire de ces huit épisodes aurait pu enfin tenir dans un bon film solide et spectaculaire Et ce n’est certainement pas anodin: le projet Star Wars prévu en 2014 avec Josh Trank était évidemment un film sur le mandalorien Boba Fett, que James Mangold a récupéré en 2018. avant que tout soit rapidement annulé La série Mandalorian est née au milieu de ce tumulte

Dans la continuité logique de la formule du guerrier solitaire et de ses petites mésaventures, il y a le risque, ou du moins la limite des hommages potentiellement vains Jon Favreau aborde Star Wars comme une histoire de samouraï et de western, ce qui est parfaitement naturel étant donné que George Lucas s’est inspiré de The Dark Fortress pour A New Hope Et à un certain niveau, c’est même malin, d’accrocher la mythologie sur le sable, les rochers et le sol, après trop d’errances dans les étoiles et d’explosions

Mais où partir de cela? L’épisode 4 réalisé par Bryce Dallas Howard, en hommage évident aux Sept Samouraïs (et donc aux Sept Mercenaires), pose la question Ailleurs, images, décors, statures de personnages, ambiances rappellent forcément Clint Eastwood ou John Ford, en particulier La Prisonnière du Désert Et sachant que le compositeur Ludwig Goransson fait écho à Ennio Morricone, The Mandalorian se présente rapidement comme un super-hommage à des décennies de films et de contes, compilés dans une galaxie à la fois très, très lointaine. et très, très proche dans son parc

Au-delà du petit plaisir cinéphile et de son efficacité, c’est un mécanisme qui finalement stimule l’imagination moins que la familiarité et les habitudes Au pire, c’est comme flatter simplement et doucement l’ego cinéphile Le Mandalorien s’est alors retrouvé tout petit, sous des décennies de monuments du monde entier, du Japon à Hollywood, en passant bien sûr par l’héritage Star Wars qui est le premier poids de l’histoire

Sur cette première saison, c’est encore léger, et variable Pour voir donc comment la série avancera, si elle pourra (et voudra) sortir de l’ombre de ses modèles, et si cette prudence n’est pas un horizon déjà fermé

C’était le grand génie (marketing) du Mandalorien: un bébé de l’étrange espèce de Yoda, naturellement surnommé Baby Yoda par le public Gardé secret jusqu’à sa sortie, il était le grand joker de la série, qui a touché les fans et le grand public, les enfants et les parents, les spécialistes des effets visuels et les comptables Disney. Difficile de résister à cette mignonne petite créature, qui semble avoir été créée par le dieu du marketing pour vendre des peluches, des pulls, des mugs, des figurines, des chaussons, des assiettes, des slips, bref tout ce qui peut avoir un visage dessus

C’est d’autant plus remarquable que la production n’a pas succombé aux CGI, puisque la créature est une marionnette, physiquement utilisée avec les acteurs, et manipulée par deux techniciens (l’un pour les yeux et la bouche, l’autre pour les expressions faciales ) L’option CGI a cependant été envisagée, et Werner Herzog dit que lors de ses premières scènes, l’équipe a encore beaucoup hésité, si bien qu’une scène sans la marionnette a été tournée, pour l’option CGI en post-production

Mais est-ce que Baby Yoda est une bonne idée ou une bonne diversion? Certes, il provoque forcément des sourires, voire des rires quand il boit sa petite soupe tranquillement pendant que les héros font l’amour Certes c’est le Gizmo du Nouveau Monde, que personne ne refuserait en peluche pour les dimanches pluvieux sous un plaid Mais il est difficile de ne pas imaginer la satisfaction cynique de l’équipe face à cette trouvaille, qui combine super-recyclage de la mythologie, et super-marketing Si Disney est accusé à tous égards d’être la société marchande par excellence, qui pense pour et par l’argent, Baby Yoda est peut-être son visage le plus doux – et donc le plus machiéval.

Le petit morceau de chou vert impose également un parfait tempo sur le long terme, compte tenu de sa croissance, de son âge, et de l’évolution de ses pouvoirs Révélant l’étendue de ses pouvoirs en début puis en fin de saison (avec un point de connexion avec Star Wars: The Rise of Skywalker, sur la guérison avec la Force?), Mini-Yoda est un moteur idéal pour Le Mandalorien traîne longtemps Un petit bâillon, un regard tendre, le son d’un rongeur, et ça c’est la quasi-assurance d’un public charmé, qui peut oublier le reste Nul doute que la bête grandira, changera de tenue, et prononcera un jour ses premiers mots, pour répondre à la grande question (que personne ne se pose) sur les origines de la syntaxe originale de Yoda Autant dire que nous l’avons depuis longtemps

Et pourquoi Star Wars à Disney est une catastrophe pour 5 raisons: c’est dans ce rapport

« ne pensait qu’à réchauffer le portefeuille des fans, mais n’osant rien créer » tout a été dit
Seul Rogue One a réussi à apporter un coup de pouce vraiment frais sans tomber dans le service de fans facile (même les scènes de Vader ne sont pas forcantes), et reste la meilleure guerre de statistiques jamais vue. Vraiment, c’est une qualité assez incroyable, même si certaines scènes / plans manquent
@ 25/10/2020 à 00:46
Le problème c’est que le film est extrêmement mal élevé et que l’on aime ou non The Awakening of the Force, ce balayage fait à ce film est juste fou, tant le film posait une très bonne base avec de nouveaux personnages qui promettaient d’être gentils On lui a reproché d’être une copie du 1er, mais tout le monde ne l’a pas vu, surtout la nouvelle génération, et franchement il a tellement vieilli que je ne vois pas qui aimerait le revoir (surtout le plus jeune, oui oui il faut y penser aussi) Cette copie ne m’a pas dérangé au contraire Non vraiment, la baise faite à Force Awakens est presque irrespectueuse j’ai lâché ma petite larme à la fin avec la rencontre de Luke et Rey, à faire c’est une blague le prochain épisode Non vraiment TLJ mérite toute la haine qu’il a eue j’essaierais à nouveau l’aventure ce soir sur TF1, mais j’ai l’impression que je serais toujours tellement énervé (et je ne suis pas du tout un grand fan de Star Wars ) Seule l’ouverture reste folle et frappante, même si l’apogée est parfois gâchée par ces va J’ai failli halluciner avec ce délire sur le nom du général Uxe, qui était drôle mais embarrassant

(A ce titre, le rejet de The Last Jedi de Rian Johnson renseigne sur le refus d’une fraction des fans de voir la mythologie évoluer, et explorer de nouveaux territoires) Je ne comprends pas la référence, car A mon avis, l’épisode 7 -8-9 n’apporte aucune évolution à la saga, seulement réchauffé

Bon article sur un truc sympa qui pourrait grandir ou pas A surveiller juste un conseil: c’est « The Hidden Fortress » de kuruoawa que vous vouliez probablement écrire le film de Mann sorti quelques années après Star Wars En plus, votre lien sur « The Black Fortress » est sur l’affiche de « Salut ami, adieu au trésor » Un bug que j’ai trouvé très drôle personnellement: p

@ djfab
En effet, Rogue One est très bien, un film tous les 3 ans aurait pu tout aussi bien faire le boulot, mais bon après, ce sont les goûts et les couleurs

Ouais, c’est très joli, mais trop basé sur le service des fans, et ça ne dit absolument rien
Dommage, ça aurait pu être vraiment bien

@Tuk: si Disney n’avait pas acheté Lucas Film, on n’aurait rien eu depuis SWIII Personnellement, je suis heureux que ce ne soit plus un produit rare! (Je viens de voir le magnifique Rogue One en 4K)

La série n’est pas mauvaise, mais la guerre des étoiles n’est plus une denrée rare qui la rendait précieuse Elle est devenue un monde d’overbids ratés Disney avait dit qu’ils allaient jouer, mais quand vous voyez la liste des projets, il y a, vous comprenez vite qu’ils en sont tout simplement incapables!
Star wars n’est plus rare et précieux, c’est devenu un produit courant, un peu comme les super-héros

Excellent article, bonne analyse du contenu et de la forme
Concernant cette jolie phrase – saisonnière;)! – concernant bébé Yoda
« Que personne ne refuserait les dimanches pluvieux sous un plaid »
cela aurait tout aussi bien pu s’appliquer, au-delà de Gizmo bis, à la série dans son ensemble!
Dépêchez-vous de voir ce S2

Star Wars, Star Wars: Les derniers Jedi, Lucasfilm, Jedi

Actualités du monde – FR – The Mandalorian season 2: Star Wars sauveur ou Disney bad trip?


SOURCE: https://www.w24news.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

[comment-form]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]