Covid-19: 07 personnels de santé contractent la maladie en une semaine dans l’Adamaoua

1
23

Compte tenu du non-respect des mesures d’obstacles imposées par le gouvernement, l’Adamaoua a connu une augmentation rapide du nombre de cas ces derniers jours. Délégué régional de la santé publique de l’Adamaoua Dr. Zakari Yaou Alhadji, appelle la population à être particulièrement vigilante et à respecter les mesures de barrière imposées par le gouvernement de la république. Depuis l’assouplissement par l’État des mesures de barrière dans la région de l’Adamaoua, les mesures d’hygiène, le lavage des mains et le port obligatoire et systématique de masques dans les lieux publics ont été bannis des calendriers grecs. Les résidents portent de moins en moins de masques et respectent la distance sociale. À Ngaoundéré, comme dans d’autres villes de la région, ces mesures sont bafouées car le ministère de la Santé a rappelé à plusieurs reprises à la population que la maladie n’a pas été éradiquée. L’annonce de l’existence d’une nouvelle souche contagieuse de la maladie dans certains pays africains a relancé le débat sur un retour au strict respect des réglementations administratives. Il y a des seaux d’eau dans les espaces publics et dans les administrations, mais ils sont de moins en moins utilisés par les usagers. Ici, nous portons le masque juste assez longtemps pour demander un service. Une fois à l’extérieur, le fameux masque est simplement retiré ou conservé comme mentonnière lorsqu’il n’est pas dans votre poche. La même ambiance règne dans les transports publics et les taxis urbains. Les écoles et les universités continuent de maintenir un rythme acceptable de respect des mesures d’obstacles, qui soumettent les étudiants à un lavage systématique des mains et au port obligatoire de masques faciaux. Dans une interview avec nos collègues de la CRTV, le diffuseur régional Adamaoua, Dr. Zakari Yaou Alhadji, délégué régional de la santé publique, a commenté l’augmentation des cas positifs de Covid-19 suite aux erreurs identifiées dans l’avis et l’avis de conformité aux mesures de barrière. «On nous le demande après que mes collègues et nous-mêmes avons analysé la situation dans la région. Nous avons constaté qu’il y avait une augmentation des cas de co-vid 19 dans la région. Ceci est dû au fait que nous avons tous vu le relâchement du respect des mesures de barrière par nos populations et nous sommes par conséquent retrouvés avec une flambée de cas dans le district de santé urbain de Ngaoundéré ». Dans ce district sanitaire, les cas signalés ces derniers jours sont préoccupants et nécessitent une action. «Nous avons actuellement environ 538 cas de Covid-19 dans la région, dont au moins 376 dans la ville de Ngaoundéré. En une semaine, nous avons enregistré plus de 50 cas de Covid-19. Ce qui nous interpelle », ajoute le directeur régional de la santé. Même le personnel médical en charge des soins infirmiers n’est pas le reste. Au contact des malades, plus d’une demi-douzaine ont contracté la maladie: «En une semaine, nous avons enregistré 7 agents de santé infectés. Ce qui indique que la population arrive dans nos formations sanitaires est déjà infectée. La situation est donc grave, contactez la population pour lui faire savoir que nous vivons la deuxième vague de Covid-19 et une épidémie qui a été signalée dans notre région », assure-t-il également aux populations.

REF:https://www.camerounweb.com/

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.