CONFIDENTIEL: une bataille Franco-Française à l’origine de l’indisponiblilité des CNI

0
87

Les sociétés SCACEL et GEMALTO THALÈS ne fument pas un calumet de la paix au Cameroun. En août 2016, la Déléguée générale à la sécurité nationale (DGSN) du Cameroun a fait un saut qualitatif en remplaçant la société française SCACEL par une autre du même pays. Le but de ce choix est l’innovation technologique et l’autonomie de plusieurs systèmes de sécurité Visible et invisible. En outre, l’entreprise a créé d’autres documents tels que des cartes de séjour, des cartes de réfugié et des cartes de travail pour les employés de la DGSN. Cartes de retrait, passeports. Cette nouvelle dimension a ainsi ouvert des possibilités d’identification électronique avec un large éventail d’utilisations possibles pour lutter contre le vol et la fraude de documents. 05 ans plus tard, nous semblons être de retour au point de départ, comme le communiqué de presse de la radio DGSN publié le 1er août 2021 le dit: «Selon les dernières statistiques, plus de trois millions de Camerounais ont personnellement changé des éléments de leur affiliation se retrouve à deux reprises dans une situation , triple, quadruple identités et autres usurpations. «La conséquence d’une telle situation peut être l’échec du système, les manœuvres souterraines franco-françaises, le sabotage, la lenteur administrative ou la corruption qui s’empare d’un système hostile aux changements de mentalité. Le gouvernement a admis l’erreur de Dieu et de Dieu Men en déclarant: « Malgré le ralentissement de la production lié aux difficultés techniques, aux procédures et aux approvisionnements matériels, le service public producteur de cartes d’identité nationales reste très actif » mais est-il pardonné? Avec GEMALTO et sa solution de personnalisation de cartes avec le logiciel GEMALTO INSSURANCE, qui implémente la technologie de gravure couleur Lazer, le Cameroun s’est positionné comme l’un des pionniers dans ce domaine en Afrique. Malheureusement, cela ne semble plus être le cas. à cause des luttes franco-françaises pour contrôler l’identité des Camerounais. À qui profite ce crime? Pas pour les Camerounais, affirme le sociologue Serges Aimé BIKOÏ, qui affirme que «les transactions et interactions liées à ces marches de libération de la CKD profitent à ceux qui sont impliqués dans la chaîne. Seule cette lutte est préjudiciable aux populations inférieures, dont les CKI ne sont pas sont. » disponible après un, deux ou même trois ans ». Des sources crédibles affirment que d’énormes sommes d’argent auraient été utilisées pour résoudre des crises de sécurité au détriment des fournisseurs qui n’ont pas obtenu leurs garanties financières à temps. Si cette version officielle se confirme un jour, alors nous serons là dans un problème camerouno-camerounais car l’établissement des cartes nationales d’identité est la souveraineté exclusive de l’Etat. Si cet Etat délègue sa production à un entrepreneur pour des raisons techniques et opérationnelles, l’Etat reste la seule «personne légitime». Léopold NGODJI, Docteur en Sémiotique, poursuit: « SCACEL et GEMALTO THALÈS ne sont que des acteurs figuratifs, mais ils sont entre les mains de Camerounais qui sont portés par le clientélisme, la mégalomanie, la corruption, l’égoïsme, bref » Don Man Wer à la fin ne se soucie pas des citoyens? Sinon, on se pose une question: pourquoi est-ce déjà possible et personne n’est puni? Malheureusement, lorsque les éléphants battent, ce sont les buissons qui se brisent en morceaux.

REF: focusmedia-afrique.net

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]