Fin du régime Biya : le cardinal Tumi suggère la prise du pouvoir par l’armée

0
751

Le seul cardinal catholique du Cameroun est sous le feu des critiques cadres régime Biya depuis qu’il a suggéré que l’armée prenne le contrôle du Cameroun le temps d’y instaurer l’ordre et la discipline. Dans le sérail, cette réaction est interprétée comme un appel à coup d’Etat.

Le cardinal Christian Tumi, 90 ans, a fait ses remarques dans son nouveau livre « Ma nuit en captivité », en parlant de son enlèvement par les rebelles le 5 novembre 2020.

L’insurrection fait rage dans les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du pays depuis près de cinq ans, après que le gouvernement ait violemment réprimé les protestations d’enseignants et d’avocats anglophones se plaignant de la discrimination de la majorité francophone.

Dans son livre, Tumi se souvient d’une conversation qu’il a eue avec les séparatistes, appelés « amba boys » par la population locale.

« Je leur ai dit que je suis pour le fédéralisme », écrit Tumi, en référence au système utilisé par le Cameroun jusqu’en 1972, date à laquelle un gouvernement unitaire a été déclaré.

Il a également réfléchi au conflit et à ce qu’il faudrait pour parvenir à une résolution pacifique.

« Si demain, le président Paul Biya accorde une amnistie générale et ordonne le retour des militaires dans les casernes, les séparatistes pourraient également déposer leurs armes, et il y aura la paix », a déclaré M. Tumi.

Mais en y réfléchissant bien, il envisage ce qui arriverait si les séparatistes refusaient de désarmer.

« Plus j’y pense, plus je suis convaincu que si l’armée devait se retirer dans les casernes et que les « garçons d’amba » refusaient de déposer les armes, l’armée qui sait imposer l’ordre et la discipline devrait sortir des casernes et prendre le contrôle du pays pour une courte période de temps. Après avoir imposé l’ordre et la discipline, elle devrait alors organiser des élections et rendre le pouvoir aux civils ».

Plusieurs des partisans de Biya ont dit avec ces mots que Tumi appelait implicitement l’armée à organiser un coup d’État pour renverser Biya, qui a dirigé le Cameroun pendant plus de 38 ans.

Tumi a longtemps soutenu que Biya, qui a maintenant 88 ans, était au pouvoir depuis trop longtemps.

« Si j’étais Paul Biya, je démissionnerais, car pendant plus de 30 ans au pouvoir, à l’âge de presque 80 ans, j’aimerais voir un changement. Le changement est toujours bon », a déclaré le cardinal en 2012.

« …c’est pourquoi l’Eglise catholique dit qu’en tant qu’évêque, une fois que vous avez atteint 75 ans, vous devez demander à quitter le pouvoir. C’est ce que j’ai fait, c’est ce que l’évêque Awa et d’autres ont fait, pour qu’une personne plus jeune, qui est toujours active et agile, puisse continuer. Ainsi, le changement est bon pour l’Église comme pour la société », a-t-il déclaré.

Cette position n’a pas changé. S’adressant à Crux en novembre, le cardinal a déclaré qu’il était inconcevable que Biya, à 88 ans, puisse encore gouverner efficacement la nation et a accusé le leader de présider un pays imprégné de corruption et de mauvaise gestion flagrante.

« La cause dominante [de la crise actuelle] est la mauvaise gouvernance. 92 % des personnes interrogées ont déclaré que le pays était mal gouverné », a déclaré M. Tumi à M. Crux.

Malgré tout cela, le cardinal garde l’espoir que la crise prendra bientôt fin.

« J’ai déjà rencontré certains de ces hommes [séparatistes armés] qui sont dans la brousse avec des armes », a déclaré M. Tumi dans son nouveau livre.

« Aujourd’hui, certains d’entre eux ne savent même pas pourquoi ils se battent. Il semble que ces [ressortissants camerounais] aux Etats-Unis qui se battent pour un Etat indépendant leur ont dit que les Nations Unies interviendraient et que le conflit serait résolu dans un an. Mais ces dirigeants ont perdu le contrôle de la situation … les dirigeants ne sont plus sous contrôle », a expliqué le cardinal.

Il a indiqué que de nombreux combattants séparatistes sortaient déjà de la brousse, notant qu’il en avait déjà reçu certains à Douala, la capitale économique du Cameroun.

« J’essaie de les aider à réintégrer la société », a-t-il dit. Il a ajouté que l’archevêque Andrew Nkea de Bamenda – la plus grande ville des régions anglophones – avait déjà ramené 400 séparatistes de la brousse dans la région du nord-ouest.

S’adressant à Spoutnik, une agence de presse russe, M. Tumi a déclaré qu’il avait rencontré plusieurs des anciens combattants lors d’une visite dans son village natal de Kumbo, situé dans la région du Nord-Ouest.

« Leur chef m’a dit qu’il avait l’intention de se réfugier au Nigeria. Une des révélations qu’il m’a faites est que la majorité de ceux avec qui il est en compagnie sont des Nigérians et qu’il n’a qu’un seul Camerounais dans ses rangs. Depuis le début de cette crise, je me rends chaque année à Kumbo, chez moi, pour me faire une idée de ce qui se passe », a déclaré M. Tumi.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

REF: www.camerounweb.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.