Memorandums des chefs traditionnels de l’Ouest: les explications du Chef supérieur des Bafoussam

0
49

Néanmoins, tout en reconnaissant la pertinence des préoccupations des chefs traditionnels de la région du coucher du soleil, le haut dirigeant de Bafoussam estime que « la manière dont un problème est exprimé doit être courtoise ».

Les Bafoussam de la région ouest célèbrent actuellement leur célèbre festival culturel Nyang-Nyang. Le thème de cette édition, qui se termine le 13 février 2021, est: «Promouvoir et améliorer le festival de Nyang Nyang; Mythe ou réalité « .

Dans un long entretien publié dans les colonnes du journal Le Messager le 12 février 2021, le chef en chef de Bafoussam, Sa Majesté Njitack Ngompe Pelé, a évoqué ce festival. L’autorité traditionnelle s’exprime également sur plusieurs sujets, dont le mémorandum des chefs traditionnels de la région de l’Ouest adressé au président de la République.

A ce sujet, le directeur de Bafoussam estime que « exprimer votre inquiétude ne signifie pas qu’il y a des ordres à prendre. Il existe plusieurs canaux par lesquels nous renvoyons les plaintes du public aux autorités. Il y a beaucoup d’encre dans les deux mémorandums. L’essentiel de nos deux mémorandums était que nous vivons dans un contexte où les préoccupations sont nombreuses. Des préoccupations que nous portons à l’attention des autorités ».

Pour Sa Majesté Njitack Ngompe Pelé «il s’agit de trouver des solutions qui permettent aux Camerounais de vivre ensemble. La propagation de la haine et de la désaffection sont des phénomènes qui ne peuvent être ignorés. Ces problèmes peuvent causer des problèmes entre les Camerounais. La crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en est un exemple. Nos frères qui ont quitté ces régions pour se réfugier chez nous nous créent des problèmes à prendre en charge. Nous ne pouvons pas être indifférents à leurs problèmes. Je pense également que la manière d’exprimer un problème doit également être polie. Cela permet aux pouvoirs en place de trouver des solutions », fait valoir l’autorité traditionnelle.

Le directeur général déclare également que les discussions doivent se poursuivre afin d’apporter aux autorités des solutions aux problèmes auxquels sont confrontés les Camerounais. «Nous faisons cela de temps en temps lorsque les chaînes le permettent. Nous ne l’exprimons pas avec véhémence. Nous ne le faisons pas d’une manière qui crée une discorde sociale. Nous ne nous exprimons pas pour être provocateurs. L’institution, qu’elle soit traditionnelle ou républicaine, est sacrée. Tous les Camerounais devraient pouvoir respecter ces institutions », dit-il.

REF:https://www.camerounweb.com/

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]