Rapprochement Samuel Eto’o et Murielle Blanche: Wilfried Ekanga s’énerve voici pourquoi

0
111

L’endroit est considéré comme l’enfant biologique d’un père non identifié qui fait l’essentiel du travail de soutien au RDPC et à son président national Paul Biya, mais ne reçoit aucune considération pour la distribution de sièges rabattables pendant le «politic na njangui». Sous le régime actuel, l’ingratitude dont souffre visiblement le district de Mvangan à Mvila, dans le sud, se traduit par le traitement bon marché que lui infligent les politiciens du ministère en particulier et de la région en général. En effet, depuis la montée de la démocratie au Cameroun, Mvangan est toujours parmi les premiers en termes de suffrages valables exprimés en faveur du RDPC et de son président national Paul Biya. Malheureusement, on constate qu’aucune de ses élites n’a été élevée au rang de haut fonctionnaire dans l’administration publique, bien que certains natifs de la Mvila aient occupé des postes de ministres de la république pendant plusieurs années. Pour la population du quartier, Mvangan n’est qu’un abonné aux postes alternatifs. << Les habitants de notre district n’ont jamais profité de la nomination d’un membre du gouvernement, gouverneur, directeur exécutif d’une entreprise publique ou parapublique … Jamais un seul digne fils à nous dans le pays n’a occupé un poste de responsabilité important depuis que Paul Biya a occupé le poste le plus élevé Est-ce une sanction d’avoir accepté la politique de renouvellement? », S’interroge une source anonyme, agacée, avant de se rappeler qu’il y a quelques mois la chaîne de télévision« Vision 4 »montrait l’état pathétique et déplorable de la route empruntée par Mvangan sa capitale régionale. Le chef de l’Etat Paul Biya lance également un appel à la population qui n’a que les yeux pour pleurer sur la situation. Merci au maire de la municipalité de Mvangan, qui est également le président de la section et la seule grande élite en poste dans cette circonscription politique, par rapport à d’autres districts comme Ebolova 2, parmi lesquels un ministre d’État, des directeurs généraux, un secrétaire général, un président du conseil régional, la voix basse de Mvangan a été entendu souvent. Sans succès. La circonscription a de nouveau été retirée de la circulation lors de la dernière circonscription. On rapporte cependant que le chef de la délégation départementale permanente du Comité central du RDPC avait déjà mis en œuvre la loi, non sans confirmer que ce n’était que le tour de Mvangan, qui méritait un poste au bureau du conseil. sud régional. En fin de compte, nous ne regrettons pas le moindre poste de président de la commission. «Ici tout se passe comme si certaines élites avaient juré de ne jamais promouvoir un natif de Mvangan, ces élites qui décident d’être les leaders politiques de la région sud. Curieusement, ils venaient de soutenir le deuxième vice-président de la région, le chef traditionnel Effa. C’est la preuve qu’ils ont le pouvoir et le mot à dire. Ils ont fait des promesses à la suite des émeutes à Mvangan, qui ont stigmatisé la communauté locale Bamoun et d’autres non-locaux. Non! »Poursuit la source anonyme.

REF:https://www.camerounweb.com/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.