Vision 4 : Richard Makon explique pourquoi il a quitté ‘Tour d’horizon’

0
208

Le spécialiste du droit économique évoque des raisons professionnelles et le souci de limiter ses interventions dans les médias.
Cela fait des mois qu’il n’est plus apparu dans le programme de Vision 4 TV «Tour d’horizon», qu’il avait rejoint le 20 avril 2020. Richard Makon, le docteur en droit, spécialiste du droit international des investissements, qui avait pris la place d’Ernest Obama après son éviction de cette émission, a dit sur ABK Radio ce 25 janvier pourquoi il n’intervenait plus. L’universitaire a avancé plusieurs raisons pour expliquer son retrait de l’écran de la télévision du quartier Nsam à Yaoundé.

La première étant un emploi du temps professionnel contraignant. «Mon agenda ne me le permet pas. La période où j’étais chroniqueur, j’avais trois jours par semaine. C’était la période Covid-19. Toutes les universités étaient fermées. Et j’étais revenu auprès de ma famille à Yaoundé parce que l’université de Douala qui est ma maison-mère était fermée. Donc j’avais assez de temps pour faire de la recherche et essayer de faire mon travail pédagogique dans les médias. Mais sitôt que l’université a rouvert ses portes, j’ai été contraint de regagner ma ville de résidence qui est Douala. En cela je ne peux plus être dans un programme», a fait savoir l’enseignant.

L’autre raison invoquée est le souci de limiter quelque peu ses apparitions dans les radios, télévisions et la presse écrite. «L’autre chose, c’est que le monde des médias, vous le connaissez mieux que moi, est un monde extrêmement compliqué. Il est préférable d’avoir une relation alternée. Trop de visibilité médiatique peut être dangereux pour vous», explique Richard Makon, qui précise cependant qu’il ne s’éloigne pas complètement de la presse.

Il dit vouloir privilégier des interventions utiles. «Comme trop de distance envers les médias peut être préjudiciable, il faut donc avoir une posture stratégique. Venir dans les médias quand on sait que le discours qu’on apporte à la société est avancé. Cela fait plus de quinze ans que je suis dans les médias. Ma première émission de télévision date de 2004. Mais il faut toujours se questionner en se demandant: «est-ce que je suis toujours utile à la société ?» On ne va pas dans les médias pour être beau ou pour être reconnu dans la rue. On y va parce qu’on sent au fond de soi la volonté de contribuer à la marche de la société en tenant un discours objectif sur les problèmes de la société et en apportant des propositions pour que notre société se développe. Tant que vous ne sentez pas cet appel du destin, de la responsabilité, il est préférable de ne pas aller dans les médias», conseille le juriste aux interventions médiatiques remarquées.

REF: Cameroon Info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.